Forum optimisé pour Mozilla Firefox
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Captivité...Liberté... [PV Alison]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Camille Loreens

avatar

Nombre de messages : 78
Age : 27
Pouvoirs : Thérianthropie: elle se transforme en renard ( mais ne contrôle absolument rien )
Côté Coeur : Samuel, le père qu'elle n'a jamais eu
Date d'inscription : 11/03/2011

:::Votre Perso:::
Age du perso: 10 ans
Relations avec d'autres personnes: Samuel [My Father in my heart]
Travail: Fait plusieurs numéro de cirque au Carnival de Samuel

MessageSujet: Captivité...Liberté... [PV Alison]   Ven 27 Jan - 13:49

Leur première rencontre dans ce parc avait laissé de douloureuse marque sur le corps encore fragile de l’enfant. La tournure des évènements c’était soldé par la capture de celle qui lui infligé tous ces maux. Deux jours c’étaient écoulé où Camille avait été soignée dans l’une des caravanes des lieux. Enfermé tel un animal dangereux à l’heure actuelle, Camille avait supplié qu’aucun mal ne soit fait à cette étrange rencontre. On lui avait interdit de s’en approcher, Samuel l’avait enfermé par sureté, le temps de pouvoir peut-être l’amené à se ranger de leur côté. Mais deux jours c’étaient écoulé, et la petite fille était bien trop curieuse. Aussi, elle avait profité d’une nuit sombre pour quitter la caravane dans laquelle elle était censée se reposer. Elle connaissait les moindres coins et recoins de ces lieux et il ne fut pas difficile pour elle de se glisser à l’endroit où se reposait une majeure partie des animaux…Et cette fille.

A l’entrée du chapiteau, la lune allongeait l’ombre de l’enfant qui fixait au loin la jeune fille. Au fond d’elle il y avait encore de la crainte animale, l’instinct qui lui hurlait de ne pas trop s’en approcher, éveillant chacune des blessures que cette fille lui avait infligé. De longues minutes s’écoulèrent avant que l’enfant se décide à faire un pas de plus pour véritablement entrer, les sens aiguisés, elle s’approchait pas à pas vers l’immense cage qui permettait d’éviter les problèmes aux restes de la famille. Gardant une certaine distance, les yeux de la petite brune se posèrent avec méfiance dans le bleu des yeux d’Alison.


« Je… »

La petite voix fluette s’entendait à peine, dehors on pouvait entendre le bruit des manèges malgré la nuit tomber, l’hiver laissait plus de temps à la lune de se montrer. Inspirant profondément, l’enfant fini par détourner ses yeux.

« Je suis désolé… »

Finit-elle par dire en regardant ses pieds. D’une certaine manière, Camille n’avait jamais souhaité que cette fille soit enfermée ainsi. C’était la seule chose qu’elle avait réussi à trouver pour convaincre Samuel de ne pas la tuer en guise de vengeance. Protégé la famille, elle avait tant entendu cette phrase mais parfois elle était bien incapable de véritablement comprendre qui faisait partie de la famille et qui n’en faisait pas partie ou plus partie. Le silence reprenait légèrement ses droits. Le bout de sa chaussure droite frottait légèrement le sable qui tapissait le sol, elle était terriblement gênée, la curiosité l’assaillait autant que la peur lorsque des morceaux de souvenir lui revenait en tête. Il était rare que ce que vivait sa forme de renard lui revienne en mémoire…Peut-être était-ce dû à toute la violence de leur combat, mais parfois quelque souvenir lui revenait en mémoire. Souvent en rêve.


« Tu veux à boire ? Ou à manger ? »

La naïveté et l’innocence infantile transparaissait dans sa voix et ses paroles. L’unique chose que cherchait la petite fille c’était une façon ou une autre pour faire plus…Ample connaissance dirions-nous. Alison était un mystère, une curiosité pour la petite. Elle qui c’était toujours cru seule à avoir ce don-là. Enfin, elle savait que d’autre personne avait des capacités spéciales mais elle n’avait jamais eu la chance de rencontrer quelqu’un qui ait un don similaire au sien. C’était la première fois et quel première fois !

Osant quittant le sol des yeux, elle reposa ses yeux sur la jeune fille, osant un mince sourire.

Revenir en haut Aller en bas
Alison Cult

avatar

Nombre de messages : 222
Age : 23
Pouvoirs : Thérianthropie (loup)
Côté Coeur : Avoir un coeur, ça fait mal...
Date d'inscription : 13/03/2009

:::Votre Perso:::
Age du perso: 16 ans
Relations avec d'autres personnes: Liam, Alexis, Camille...
Travail: ...

MessageSujet: Re: Captivité...Liberté... [PV Alison]   Mar 31 Jan - 17:18





L'enfermement, Alison n'avait jamais aimé ça. Il fallait dire que cette cage lui en rappelait une autre bien moins spacieuse et agréable. Des vieux démons qui s'étaient tassés au fond de sa mémoire et qui d'un coup retrouvaient la lumières. Ils revenaient vers elle, la hantait de nouveau. Et en elle un sentiment de peur grandissait. Recroquevillée dans un coin de sa prison, ses jambes ramenées sous ses bras, elle fixait le ciel. Deux jours. Deux jours qu'elle était là, enfermée comme une vulgaire bête de foire. Au début, elle avait tenter de fuir, de s'échapper, mais très vite elle s'était rendue à l'évidence que toute fuite était impossible. Ces barreaux la retenait, comme ils retenaient des animaux bien plus imposants qu'elle. Depuis elle s'était immobilisée sur ce bout de paille et on la laissait tranquille - du moins on évitait de venir la voir. Sa seule compagnie avait été cet homme, ce Samuel. Il y avait aussi eu une jeune femme, et un autre homme, mais tout deux n'étaient rester que peu de temps et ne lui avaient pas accorder le moindre mot. Peu lui importer. Ce n'était pas parler qu'elle souhaiter, c'était sortir, partir, fuir.

Le combat était encore présent dans sa mémoire, mais l'après restait vague. Elle ne pouvait dire avec certitude comment elle s'était retrouvée ici, et comment elle s'était laissée piéger. Rêvait-elle simplement? Non. La douleur que son corps ressentait et le froid des barreaux trahissait la réalité. Ce n'était pas un cauchemar. Cette cage existait belle et bien. Alors elle se contentait d'attendre. Mais qu'attendait-elle? Quelqu'un, n'importe qui ou n'importe quoi. Seulement quelque chose qui aurait la capacité de briser cette barrière à la liberté. Était-ce trop demander? Apparemment. Sinon elle ne serait plus ici, à attendre. Elle était fatiguée mais le sommeil ne venait pas. Dès que ses yeux se fermait un peu trop longtemps des épisodes passés de sa vie lui revenaient. Et ces épisodes, elle n'en voulait pas. Des images d'individus vêtus de blancs, la manipulant comme un cobaye alors qu'elle ne comprenait pas encore ce qui lui arrivait, terrifiée par sa simple personne. Des douleurs, des anciennes blessures qu'elle pensait cicatrisées lui semblait douloureuse à nouveau. Grimaçant, elle quitta la lune des yeux, venant balayer la boite du regard. De la paille, ici et là. Quelques restes de bois. Et là bas, une gamelle renversée. Nouvelle grimace tandis que sa tête venait rencontrer à nouveau les barreaux qui lui soutenaient le dos.

« Liam... S'il te plait... Liam... » Ne cessait-elle de répéter à voix basse. Mais il ne viendrait pas, et elle en avait parfaitement conscience. Il était à Las Vegas, bien loin d'elle désormais - bien qu'elle ne savait réellement dans quel lieu elle se trouvait. Sans doute l'avait-il déjà oublié d'ailleurs, ayant d'autres chats à fouetter pour s'intéresser à une gamine qui du jour ou lendemain était partie comme une voleuse sans même le prévenir directement. Et en cet instant précis, il lui manquait. Des larmes montèrent à ces yeux, mais y restèrent prisonnières. Pleurer était inutile, tout comme se lamenter sur son sort. Elle avait été faible, elle en payait les conséquences. Le prédateur était devenu la proie d'un autre homme. Mais elle aurait sa revanche. A son tour, elle le ferait souffrir...

Ce fut des bruits de pas et son odeur qui révéla sa présence, avant même qu'Alison ne la remarque. Une odeur qu'elle connaissait sans la connaitre véritablement. « Je… » Dans un mouvement mécanique, Alison se redressa un peu, libérant de son étreinte ses jambes engourdies. Ce fut un regard haineux tout d'abord qu'elle vint poser sur la petite silhouette qui se détachait dans l’obscurité, la toisant avec agressivité malgré son visage figé. « Je suis désolé… » Aucune réaction. Aucun mouvement. Elle se contentait de l'observer dans une totale immobilité, comme un chasseur guète sa victime. « Tu veux à boire ? Ou à manger ? » Faim? Elle n'avait pas faim. La louve qui l'habitait lui permettait de jeuner plusieurs jours sans réellement en souffrir, et puis de toute façon, cette cage lui nouait l'estomac. Soif? Il était vrai que sa gorge était sèche. Elle ne s'en rendait compte que maintenant. Un verre d'eau n'aurait pas été de refus, mais elle ne broncha pas. Elle ne bougea pas non plus d'ailleurs. Ne prenant pas même la peine de répondre au mince sourire plein d'innocence que la fillette lui adressait.

Cette petite, Alison l'avait en partie épargnée parce qu'elle était en quelques sorte comme elle. Elle aussi elle avait cette capacité de se transformer en un animal, bien qu'il y ait quelques variantes les différenciant l'une de l'autre. Bien entendu, elle ne regrettait pas de ne pas avoir abrégé sa vie - sa mort ayant peut-être aggravé les choses. Mais elle lui en voulait. Elle lui en voulait comme elle en voulait à ce Samuel, comme elle en voulait en cet instant au monde entier. Et elle ne promettait pas que si un obstacle infranchissable pour l'instant ne les séparait pas, qu'elle ne lui aurait pas sauté à la gorge. Subitement, elle rompit leur contact visuelle, et elle s'anima. Tordant son corps, elle attrapa la gamelle de métal, avant de la balancer, cherchant à l'envoyer contre les barreaux. Mais son geste restait faible, presque sans conviction. Il réveilla quelques douleurs endormies qui déformèrent son visage en un rictus de souffrance. Elle n'était pas au meilleur de sa forme, elle ne pouvait le cacher. De nouveau elle la fixa. Le petit récipient rebondit à plusieurs reprises sur le sol de la cage, venant finir sa course à quelques centimètres de la grille. C'était sa façon de lui demander de partir.

Mollement, elle se laissa tomber sur le côté ne la quittant pas du regard pour autant, sa tête heurtant le parterre, amortie par un peu de paille. Une larme lui glissa le long de la joue. Une larme que Camille ne pouvait apercevoir. Etouffant un grognement, elle cligna des yeux avant de ramener ses bras à elle qu'elle croisa. Puis, détournant une nouvelle fois ses yeux bleus elle se retourna gardant sa position allongée, afin de simplement lui tourner le dos. Une de ses mains se tendit et attrapa un barreau, se refermant sur lui avec lenteur.

Revenir en haut Aller en bas
Camille Loreens

avatar

Nombre de messages : 78
Age : 27
Pouvoirs : Thérianthropie: elle se transforme en renard ( mais ne contrôle absolument rien )
Côté Coeur : Samuel, le père qu'elle n'a jamais eu
Date d'inscription : 11/03/2011

:::Votre Perso:::
Age du perso: 10 ans
Relations avec d'autres personnes: Samuel [My Father in my heart]
Travail: Fait plusieurs numéro de cirque au Carnival de Samuel

MessageSujet: Re: Captivité...Liberté... [PV Alison]   Ven 24 Fév - 14:17


Figée devant le spectacle, la petite se sentait terriblement mal. Voir Alison enfermée lui rappelait des souvenirs qui ne lui étaient pas revenu en mémoire depuis bien longtemps. L’avantage lorsqu’on est enfant c’est qu’on oublie bien plus vite ceux qui nous ont fait du mal mais lorsqu’on s’en souvient la douleur est plus forte, incapable de prendre du recul, incapable de se dire que tout ça c’est terminé. Non, on revit ces instants comme si tout ceci se déroulait une nouvelle fois, la douleur, la peur, on la ressent avec tant d’intensité qu’il devient difficile de démêlé la réalité du faux. Paralysée devant le triste spectacle de l’adolescente, l’enfant se demandait si tout cela en valait vraiment la peine ? Avait-il vraiment besoin d’enfermer la jeune fille ? Certes, elle lui avait fait beaucoup de mal et le petit corps de l’enfant était encore marqué par les blessures subites lors de leur première rencontre mais Camille avait bien du mal à comprendre pourquoi on faisait subir quelque chose de trois fois plus horribles que ce qu’elle avait vécu. Elles étaient toutes deux animales lorsque tout ça c’était passé et pouvait-on vraiment en blâmer cette fille ? Bien trop jeune pour s’interroger réellement, la gamine ne voyait qu’une seule chose : c’est qu’elle se sentait mal devant cette cage. Alison semblait avoir tout abandonné, elle semblait mourir à petit feu et si on avait interdit à Camille de venir la voir c’était bien pour ça : Elle serait incapable de faire face à ce genre de spectacle. Sursautant subitement lorsque la gamelle se cogna contre les barreaux de la cage, l’enfant fit un bond en arrière, apeurée. Son petit cœur s’emballait et pendant un bref instant les cheveux de la demoiselle prirent une teinte plus orangé que d’habitude avant de reprendre leur couleur châtain habituel. Chacun des sentiments que pouvait ressentir l’enfant régissait et contrôlait littéralement ses dons. Fixant toujours Alison, elle se tripotait les doigts dans un geste gênée et effrayée :

« Je vais te sortir de là »

C’était effectivement ce qu’elle avait dit, Camille était prête à la faire sortir mais cela ne serait pas une chose facile à faire. Elle avait l’impression qu’elle faisait une énorme bêtise, qu’on l’engueulerait pour ça, telle une enfant qui s’apprêtait à désobéir à ses parents, elle chercha sur place après la clé des cages mais cela aurait été trop simple si les clés avaient été présentes sur les lieux. Soupirant, elle savait pertinemment qui possédait les clés et où les trouver mais cette idée ne lui plaisait pas plus que ça. Regardant Alison, elle prit le risque de s’approcher des barreaux de la cage pour pouvoir lui parler.

« Je reviens vite, promis »

Ne laissant guère le temps à l’adolescente de répondre ou de réagir d’une quelconque manière, la gamine avait déjà quitté les lieux laissant derrière elle la cage qui enfermait la jeune fille. Se dirigeant vers les caravanes de la foire, elle savait pertinemment où est-ce qu’elle devait se rendre, le plus dur à présent était de ne pas se faire remarquer. Le stress entrainant des changements minimes sur le physique de l’enfant, ses oreilles se changeant au fur et à mesure qu’elle s’approchait du butin qu’elle était venu volée. Rentrant dans la caravane en question, elle y trouvait le dresseur des lieux endormi. La clé posée sur la table non loin de la banquette sur laquelle l’homme ronflait allègrement, elle inspira profondément, se dirigeant vers cette table doucement. Aussi silencieuse qu’un chat, elle était arrivée à son but lorsque l’homme feinta de se réveiller. Retenant sa respiration sur le moment, ces oreilles parfaitement métamorphosé permettaient à la petite fille d’être aux aguets, son ouïe étant ainsi plus développer.
Tendant le bras, elle essayait de s’approcher de la clé sans trop se rapprocher du dresseur endormi. Et lorsque la clé fut à portée de ses petits doigts, l’enfant prit d’un stress incontrôlée attrapa celles-ci rapidement, s’enfuyant tout aussi rapidement à l’extérieur elle referma derrière elle la porte de la caravane. Prise par la panique, c’est avec le trousseau de clé qu’elle referma complètement la caravane alors que l’homme à l’intérieur se réveillait à cause du bruit.
Elle pouvait l’entendre crier dans sa caravane alors qu’elle s’enfuyait des lieux de son crime pour revenir à l’intérieur du chapiteau où se trouvait l’adolescente enfermée. C’est en courant qu’elle se précipita vers sa cage, cherchant une à une la clé qui permettait d’ouvrir la porte, elles étaient plusieurs et bien évidemment cette fois-ci elle n’allait pas trouver la bonne clé du premier coup. Un premier essais, un second essai, elle tentait en vint d’ouvrir la porte alors qu’elle savait maintenant que les minutes étaient compter. Respirant difficilement, ses cheveux redevenaient orange vif et commençait doucement à se raccourcir alors que la peau de la petite fille se voilait d’un pelage de la même couleur.


« Pas maintenant… »

Murmura-t-elle concentrée sur sa tâche, la cinquième clé qu’elle tenta entra parfaitement dans la serrure de la porte, il ne manquait plus qu’à la tournée pour ouvrir la cage et laisser la jeune fille s’en aller en toute liberté. Mais c’est à cet instant précis que ses dons décidèrent de changer l’adonne. Ses mains étaient patte et son corps commençait doucement à changer de forme et d’aspect, devenant le petit renardeau qu’Alison avait rencontré en premier lieu. Ainsi devant la cage, le renard semblait complètement perdu, la clé enfoncé dans la serrure de la porte, l’animal lui ne se souvenait absolument pas pourquoi il se trouvait ici. Perdant complètement son humanité, la petite boule de poile orange se secouait sous les vêtements que l’enfant venait de perdre dans sa transformation, quittant les étoffes de tissus, sa tête dépassa enfin pour fixer la fille de l’autre côté de la cage.
Le petit renard inclina légèrement la tête sur le côté dans un air interrogatif amusant, ses oreilles bougeaient dans différent sens, plantant son museau dans la cage pour repérer les odeurs qui lui semblaient familier, il fut pris d’une étrange envie de gratter le sol. L’enfant serait-elle encore quelque part dans cet animal ? C’était ce qu’on pouvait croire en voyant la scène, l’animal grattait le sol au niveau de la porte comme si celui-ci souhaitait pouvoir faire un trou pour aider Alison, de l’autre côté, à quitter les lieux.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Captivité...Liberté... [PV Alison]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Captivité...Liberté... [PV Alison]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» les chemins de la liberté
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
:::Heroes::: :: Autres Lieux :: Sullivan Bros.Carnival-
Sauter vers: