Forum optimisé pour Mozilla Firefox
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Against a Darkest Dream [Jaden Keller]

Aller en bas 
AuteurMessage
Alexis Kane
The Man That You Fear
avatar

Nombre de messages : 2526
Age : 30
Pouvoirs : Création/contrôle des rêves, Maitrise des ombres
Côté Coeur : Darkness
Date d'inscription : 23/10/2008

:::Votre Perso:::
Age du perso: 30
Relations avec d'autres personnes: Sylar (--), Kerry (--), Alex Dumont (--), Sky (+/-), Billy (----), Caïn (+), Asami (-), Rick (-), Galadriel (+), Edmond (---), Gregory (--), Jaden (-), Mickael (---), Alison (++), Peter (---)
Travail: Aucuns

MessageSujet: Against a Darkest Dream [Jaden Keller]   Mar 25 Oct - 0:58

Bref, de courte durée, le voyage entre les rêve restait toujours une marque d'incompréhension dans le plus profond du subconscient de cette créature qui voyait ces projections de l'esprit comme une brochette de faiblesses. Prête à être exploitée, elle s'étalait, devant lui, un buffet à volonté, une expérience à expérimenter. Tout lui était présenté et de son potentiel, il n'avait qu'à choisir. Mentalement, c'était imperceptible, tous ces efforts consacrés, tous ces écrits compromis, impossible d'en suivre la trace tellement l'exploration d'un rêve était à la fois développée et complexe. C'était autant une planification sans failles qu'une improvisation à risque. Constemment une nouveauté, une innovation, être inventif, être imaginatif, passer l'imagination de chaque rêveur au fer rouge de son parcours. Il comprenait à présent l'importance cruciale, même fatale pourrait-on dire, de ces morceaux d'inspiration se laissant libre cours alors que le corps humain était dans son plus grand repos. Sensibles à toute perturbation, en prendre le contrôle, la maitrise totale et parfaite, ce devenait un jeu que même les plus jeunes enfants pouvaient appréciés. Sans crainte de remords, oubliant les représailles, il fallait ôser, agir, se plonger dans l'interdit et laisser tous les sujets tabous prendre la surface. Le rêve est un cadeau précieux des cieux, facile de se le voir dérober, difficile de le récupérer. Un rêve gâché et oublié devient rapidement notre plus grand cauchemard. Rêver est un droit, un privilège mais aussi un devoir, une obligation. Sans rêves, le monde n'avance plus, sans évolution, il s'écroule, devenu aussi fragile qu'un vulgaire chateau de cartes. Rêver est en droit d'être aimé et chéri par tous les humains de notre peuple. Dire que certains voient leur disparition comme nécessaire, comme sacrifice permettant de se rendre compte que rien n'est plus faux que ce qui peut se cacher derrière leurs fondations.

Voyant une imposante giclée de liquide sanguinaire surgir devant son regard, Alexis savait que son adversaire rendrait bientôt son dernier souffle, et c'est exactement ce qu'il souhaitait. Surgissant derrière sa prochaine victime dans un élan d'ombres les plus gracieux, il souleva lourdement sa jambe pour enfoncer un douloureux coup de pied au beau millieu de la colonne vertébrale de cet homme qui ne mit qu'une seule seconde avant de s'enfoncer au sol, le visage meurtrit et baignant dans la poussière des lieux. Témoignant une satisfaction indifférente quant au triste sort de ce balafré, ce dernier se releva de peine et de misère avant de faire face au démon, prouvant une profonde haine tapissée sur l'ensemble de ses traits faciaux.


Vous en avez pas assez de vous attaquer à un innocent, pauvre fou!? Retournez dans votre monde et laissez moi rêver en paix!

Plaquant ses mains sur ses oreilles en fermant ses yeux, l'homme qu'on suppose entrain de rêver tomba à genoux et semblait attendre la venue de la destinée. De longues secondes s'écoulaient sans que même un souffle de respiration se fasse entendre. Le temps semble figé, immobile, statique, prêt à patienter toute l'éternité avant de reprendre son cours. Décidant à contre coeur de laisser de nouveau son regard effleurer les recoins de la réalité, le plus profond de ses globes occulaires s'envahissait d'une rivière de larmes qui se mit à couler le long de son visage. Quelque chose clochait, ce n'était pas un rêve normal d'une paisible nuit d'été. Cette illusion qui était sienne, qui était sa fierté, qui était belle et étincellante, pleine d'espoir, de bonté et de tendresse, par l'unique infiltration de cette noirceur rampante sous ses sens, tout avait basculé et cette gloire s'était effacée, laissant place au pire des malices, véritable tragédie, profonde tristesse. C'était plus qu'une évidence, les plus subtils méchanismes de ses rêves reposaient entre les doigts d'une créature démoniaque, prête à condamner tout et rien pour des valeurs dont personne ne tient à coeur.

Autour d'eux, c'était un immense champ de roches et de montagnes, grisé par l'abondance de nuages menaçants d'éclater à tout moment. C'était désolant, c'était désespérant, c'était le malheur d'un seul homme qui avait vu la vie se retourner contre lui. Un homme matérialiste qui prenait tout pour acquis, fierté d'une victoire sans efforts, alors que tout lui tombait bien à point. Il méritait une leçon, il méritait la visite de l'ombre et ainsi savoir que Alexis Kane le chassait sur toutes les terres, à travers les mondes, entre les cieux et les mers. Le pire des cauchemars, c'était cruel et terrifiant, c'était bien plus sanglant qu'une lame du plus malhonnête des traitres en plein notre dos. Le ténébreux savait avec une pertinence à toute épreuve les effets de ses pas dans l'inconscient d'un humain sur le point de s'effondrer sur sa propre médiocrité. Claquant ses pieds sur les parois rocheuses, l'Incube s'approcha du rêveur pour lui enfoncer un violent coup de pied au beau millieu du crane, le laissant basculer vers l'arrière dans une continuité de cri et de douleur pour finir sa course sur le sol crasseux et glacial des montagnes. Se penchant vers lui en observant les profondes plaies couvrant sa tête, Alexis croisa ses mains les unes dans les autres alors que le marteau viendrait donner son dernier coup.


La force de votre dernier jugement est retentissante. Vous pensez vous en sortir la tête haute, fort de caractère et d'une expérience vécue vous servant pour façonner votre futur selon vos propres désirs. Vous êtes jugés pour ce que vous avez été, ce que vous avez acquis sans laissez votre coeur battre à pleine capacité. Vous pensez vivre pour votre prochain et que vous êtes le plus généreux de tous les hommes. Votre environnement direct respire le mensonge, grossièreté et vulgarité. Vous avez volé pour vos plaisirs personnels, vous avez violé une bande de jeunes filles pour satifaire vos bas instincts d'animal obsédé par une sexualité moderne sans effervescence, vous avez été l'incarnation de la monstruosité pour vos proches, vous avez torturé et détruit votre propre famille, vous rendez-vous compte? Je salue votre audace et votre manque d'initiative pour vous laisser tenter par les premières opportunités se présentant à vous. Je vois en vous un mal qui tarde à naitre dans la bonne direction. Vous possédez les bonnes institutions et vous savez si bien les gâcher que j'en ai presque pitié de vous. À ce point que vous êtes pathétique et misérable. À ce point vous rampez à la recherche de bonté et miséricorde. Sombre dans votre misère, je ne peux plus rien pour vous.

Balayant l'envolée de poussière sous ses pieds en se retournant, Alexis replit chemin pour dévaler la falaise s'ouvrant à mâchoires déployées devant lui. Sans remords, il laissait une victime agoniser jusqu'à la dernière goutte de son sang sur le revers de ses pas. Le chemin devenait un souvenir, un oubli, une vieille mémoire repliée, ses horizons s'ouvrant devant un décor sans teinte, sans couleur, sans lumière. Une trainée de poudre qui laissait entrevoir le pire. Tout était si apocalyptique, rien ne semblait tenir et respecter la loi des forces de la nature. Il ressentait cette présence de tout prêt. Cet esprit sommeillant dans un monde où l'imagination était reine de toute vie. Cette identité qui lui était bien connue, cette entité l'opposant sur tous les flancs. Ce personnage d'une étrange origine, méritait-il vraiment l'attention que lui servirait le messager des ténèbres? Honorable défendeur de la justice, le pauvre s'armait de courage pour combattre au nom d'une cause ayant perdu de son lustre. Héros d'une époque, figure du passé, voilà qui laisserait place à de palpitantes retrouvailles. Le rêveur était nul autre que Jaden Keller, cet homme qui croyait pouvoir l'arrêter à tout prix lors de leur précédente confrontation sur les bases de l'aéroport. Cet homme qui était convaincu du sacrifice et du bien de tous. Cet homme ne croyant jamais que le cauchemar reviendrait le hanter à même le jour vécu de ses rêves si précieux.

Une prison de verre flottait au beau millieu de nulle part. Comme un astre illuminant les terrains d'espoir des faibles. Elle était d'une forme cubique parfaite, sans défauts, sans failles, tailler à la perfection. Le nulle part se résumait par lui-même: c'était un champ de neige et de glace à perte de vue, un désert blanc dont les limites dépassaient l'infini. Pourtant, le rêveur étant à l'intérieur de la cage de verre ne ressentait aucun des malencontreux effets du climat. Ni chaud, ni froid, tout semblait normal et naturel pour lui de résider dans ce lieu peu orthodoxe, malgré tout contre son gré. Jaden était allongé dans un lit aux couvertures riches et à la texture douce et soyeuse. De couleurs vives mais intenses, ce lit offrait un confort des plus réconfortants. Pourquoi rêver à une projection de soi-même qui s'endormait vers de plus paisibles heures? La simple volonté de Alexis qui avait immédiatement plongé le rêve selon ses volontés. Dans quelques instants, Jaden se réveillerait et il aurait l'occasion de confronter ses peurs et de montrer à quel point sa définition du courage était vaste.

Que pourrait-il bien se passer? Le démon des nuits en avait-il la moindre des idées? Dans la vérité absolue, il savait avec pertinence chaque parole et chaque action provenant de son gré. Jaden pourrait tout aussi bien dire qu'il ferait n'importe quoi pour défier le mal mais l'ennui de cette présente mise en scène, c'était les circonstances du lieu. Un rêve est difficile à manipuler, surtout lorsque notre subconscient obéit à une puissance extérieur. Abominable, Alexis était prêt à lui faire comprendre que les pires supplices d'un homme ne suffisait à appaiser la douleur du monde. Le ténébreux savait mieux que quiconque les possibilités du rêve, ses ressources, ses causes, ses résultats. Jaden, à première vue, ne semblait posséder aucune chance de résister longtemps à l'oppression de son agresseur immatériel. Pourtant, si il y tenait, si ses rêves étaient si chers à ses yeux, il combatterait, avec fierté, avec détermination et ardeur, il se dresserait devant l'adversité. Entre les mots, les pensées et les actions, les crevasses les séparant étaient profondes, sans fin, alors que chaque fois, c'était se plonger dans un monde différent de troubles et de possibilités. À l'intérieur d'une prison de verre, tout devait se faire pour briser le voile sur la triste vérité sommeillant en chacun de nous.
Revenir en haut Aller en bas
Jaden Keller
~I do believe in the Light~
avatar

Nombre de messages : 228
Age : 26
Pouvoirs : Création et Manipulation de l'énergie noir
Côté Coeur : Je crois qu'il bat toujours ;-)
Date d'inscription : 15/01/2011

:::Votre Perso:::
Age du perso: 40 ans
Relations avec d'autres personnes: Père Biologique de Gregory Taylor et de Samuel Taylor
Travail: Professeur d'éducation Physique

MessageSujet: Re: Against a Darkest Dream [Jaden Keller]   Jeu 27 Oct - 14:51

When the dream becomes a nightmare

La journée avait tellement été remplie ... j'avais essayé de tout faire comme il le fallait, et je pense que tout à très bien réussi. C'était l'anniversaire de mon Greggy aujourd'hui ... 22ans, il grandit et à vue d'oeil. C'était le tout premier anniversaire que je passais avec lui, enfin officiellement. J'avais assisté à un seul de ses anniversaires, c'était le jour de ses 3ans. J'avais réapparus en ville et sa mère, donc mon ex-compagne, m'avait invité à venir prendre une part de gâteau. A l'époque, j'ignorais que ce petit garçon était en fait mon fils ... sa mère ne m'avait toujours rien dit, c'est plus tard que j'ai appris que Gregory était mon fils, et Daniel par la même occasion. Pour en revenir au présent, c'était le premier anniversaire que je préparais pour lui ... et il faut dire que je n'avais aucune idée de ce que je devais faire ... J'avais essayé de me souvenir de ce que mes parents avaient fait pour mon 2éme anniversaires et je ne m'en souvenais pas ... certainement parce qu'ils n'avaient rien préparés de spécial, peut-être un simple gâteau avec les 22 bougies officielles qui marquaient que j'avais atteint la 22éme années de mon existence sur Terre. J'avais donc du compté sur moi-même. Le matin, j'avais appelé la pâtisserie au coin de la rue, pour qu'il prépare une pâtisserie avec écrit dessus "Joyeux anniversaire Gregory", j'avais ensuite été chercher quelques boissons. Comme mon fils avait cours toute l'après-midi, j'avais pris le soins, avant son départ, de lui prendre son téléphone portable pour y prendre quelques numéros de ses amis, pour qu'ils puissent préparer une petite sortie improvisé pour son anniversaire, je téléphona à un certains "Jason" qui se chargerait de cette tâche.

Le soir venu, nous passions un petit moment en famille ... comme je n'avais pas le numéro de Daniel, je n'avais pu le prévenir pour l'anniversaire de son frère ... de toute façon, même après notre petite rencontre familial, mon fils cadet était resté assez distant de nous ... c'était compréhensif, il venait à peine de retrouver la mémoire, je n'avais pas envie de l'obliger d'oublier son ancienne vie, je lui laissais donc le temps de s'adapter à tout ce qu'il venait de se rappeler, concernant son frère ainé. Une fois la gâteau mangé et le cadeau ouvert, j'avais été acheté un nouveau téléphone portable, celui que tous les jeunes voulaient, les amis de Gregory prirent la peine de me téléphoner pour prévenir que tout le monde nous attendait en bas de l'immeuble .. je fus étonné quand l'adolescent précisa que je devais être de la partie. Je fus donc emmené par une bande de jeune, dans une boite de nuit. Nous voulant pas me faire passé pour un papa poule, je laissa les jeunes s'amuser et je resta au bar toute la soirée, à boire seul dans mon coin, chose que je n'aurais peut-être pas du faire.

4 ou 5 heures plus tard, la soirée fut terminée ... encore bien, j'avais tellement bu que je n'aurais pas su rester plus longtemps dans ce bâtiment ou la musique hurlait dans tous les coins et recoins. Gregory, qui n'avait pas tellement but, du me ramener à la maison, ce fut une bien étrange expérience d'ailleurs, parce que j'avais imaginé que ça serait moi, et non lui, qui devrait le ramener de cette façon. Après avoir passé plus de 30 minutes dans la salle de bain à me vider de tout l'alcool que j'avais ingéré pendant la soirée, je me plongea dans les couvertures douces de mon lit, me laissant bercer par les faibles bruits provenant du salon qui signifiait que Gregory n'était pas seul. Après 10 minutes de concentrations intenses pour essayé de reconnaître les voix, je m'endormis comme un bébé après son biberon.

Étant conscient que je n'étais plus du monde physique mais bien dans celui des songes, j'ouvris les yeux pour contemplé le rêve que j'étais entrain de faire ... j'étais dans une espèce de pièce, ou toutes les fenêtres étaient transparentes, ce qui laissait voir que la boite dans lequel je me trouvais, était dans un paysage de neige ... c'était un beau spectacle. J'étais debout, à coter d'un lit aussi blanc que la neige qui m'entourait ... je me glissa dans ce lit en regardant le ciel peuplé d'étoile ... c'était un bien beau rêve, c'était rare que j'en fasse de si beau d'ailleurs, c'était peut-être parce que je ressentais un profond bien être en moi, j'étais heureux, encore plus quand je savais que mon fils l'était.

Je fus perturber par un bruit étrange, comme si quelque chose était entrain de se fissuré ... je cru d'abord que c'était l'appel pour me dire que mon rêve prenait fin et que j'allais me réveillé parce que j'avais encore le besoin de vomir ... mais ça n'était pas ça. Les vitres qui me m'étais à l’abri étaient entrain de se fissuré ... aussi bien celles d'en hauts que celles d'en bas ... que se passait-il? Le paysage de neige avait aussi changé, laissant place à un paysage de désolation et de chaos ... la terre s'était fissuré laissant entrevoir du magma en fusion, le ciel qui était à la base étoilé, n'était plus qu'un ciel sombre, menaçant, avec des nuages noirs qui crachaient des éclaires d'un blanc à faire mal au yeux ... Où était-je? Pourquoi un changement aussi subit? Le lit dans lequel je me trouvais, pris feu au même instant ou les vitres se brisèrent, j'eus le temps de me bouger de ce brasier quand au loin, j’aperçus deux silhouettes venant dans ma direction ... il ne me fallut que quelques instants pour reconnaître Gregory & Daniel totalement dévêtu ... que faisait-il là? Il avait tous les deux la mêmes positions, leur doigts me montrais ... Un sourire plus qu'effrayant était visible sur leur visage respectif ...


"Bonsoir Papa, j'espère que tu es prêt!"

Il parlait tous les deux en même temps, d'une même voix ils s'exprimaient toujours en me regardant avec ce sourire à en effrayé plus d'un ...

"Prêt à quoi?"


Tout ce passa vite trop vite pour que je puise faire quoi que se soit ... leur corps se mirent à fondre, leur peaux étaient entrain de couler comme un fromage qui aurait été trop cuit ... en quelques instants, il ne restait plus rien d'eux ... j'étais paralysé ... effrayé par ce que je venais de voir ... je tomba sur les genou en poussant un hurlement qui représentait tout ce que j'avais ressentis sur le moment même ... je pleurais, frappant le sol de mon poing ne trouvant rien de plus intelligent à faire ... mes fils venaient de mourir sous mes yeux et je n'avais rien pu faire ... enfin c'est ce que je cru. Me relevant, Gregory et Daniel étaient à nouveau posté à l'endroit même ou je venais de les voir disparaitre ... à cette instant, je venais de me rappeler que tout ça n'était qu'un rêve qui avait tourné en cauchemar ... m'avançant vers eux ... les deux silhouettes se mélangèrent pour n'en former plus qu'une ... il n'y avait plus ni de Gregory, ni de Daniel ... mais alors qu'est-ce qui se dressait devant moi?
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Kane
The Man That You Fear
avatar

Nombre de messages : 2526
Age : 30
Pouvoirs : Création/contrôle des rêves, Maitrise des ombres
Côté Coeur : Darkness
Date d'inscription : 23/10/2008

:::Votre Perso:::
Age du perso: 30
Relations avec d'autres personnes: Sylar (--), Kerry (--), Alex Dumont (--), Sky (+/-), Billy (----), Caïn (+), Asami (-), Rick (-), Galadriel (+), Edmond (---), Gregory (--), Jaden (-), Mickael (---), Alison (++), Peter (---)
Travail: Aucuns

MessageSujet: Re: Against a Darkest Dream [Jaden Keller]   Mer 2 Nov - 2:39

Famille, frère, soeur, mère, père, groupe lié par le sang dont les âmes sont tissées entre la forces des choses et les lois naturelles du métabolisme humain. Une famille est un symbôle de bonté et d'entraide, prête à toutes les épreuves, faisant foi du passé pour confronter les duretés du futur. De souvenirs pour oublier l'avenir, la famille motive, encourage, donne cette force de caractère pour franchir tous les parcours, les plus sévères, les plus cruels, les plus redoutés. La famille est le seul espoir pour l'adversité, lui faire face et se tenir fier devant ses crocs aiguisés. Pourtant, lorsque tout s'effondre, c'est une ruine sans fin, un malheur profond de désespoir, de tristesse, de risque. Se fier sur la famille est un danger pouvant basculer dès la première ombre jetée sur le tableau. Les drames familliaux sont nombreux, pourtant immoraux, pourtant existants. Combien de frères et de soeurs, de pères et de mères se sont déchirées les uns les autres par le drame de l'inceste? L'instinct sexuel étant depuis toujours cette force motrice effondrant des civilisations toutes entières, l'humain rejoignait ainsi ses plus lointaines origines d'animal, d'homme des cavernes, de chasseur égoiste. Comment s'y fier, comment y faire confiance alors que tout reposait sur les épaules de membres se portant dans la plus haute méfiance? Rapidement, la famille devenait notre pire ennemi, cette redoutable instance se disant prête à tout, inébranlable, solide, fière, fidèle et pourtant, il suffisait d'un rêve, d'une simple image du subconscient, l'imagination, dans toute sa splendeur, criant sa créativité à l'intelligence endormie. Manque de crédibilité, les rêves en prenaient un coup et pourtant, jamais ils ne devaient être pris à la légère. Imprévue était la visite de Alexis Kane, laissant ainsi les projections nocturnes prendre une toute autre direction. La lumière devient sombre, l'étoile s'efface dans la pénombre, la volonté devient désespoir, la beauté se perd dans la monstruosité, tout devient cauchemardesque. Peur, si terrifiantes elles sont ses silhouettes qui nous dévisagent, prêtes à tous jugements.

C'est ainsi qu'il se présentait à la vision horrifiée de Jaden Keller, cet homme ayant faussement rêvé de ses deux fils devenant une nouvelle figure, une triste icône du meurtre et du mal en personne. Habilement, le ténébreux avait su autant avec subtilités qu'efficacité tirer les bonnes ficelles des engrenages mentaux de son hôte pour modifier le rêve à son allure et le tout sans efforts. Le manège était vide de sensations fortes, c'était rapidement devenu un tour plus qu'enfantin à jouer. Chaque étape de cette minutieuse démarche demandait toujours le plus grand sérieux, la plus grande concentration et Alexis avait rapidement compris que jamais le pouvoir du rêve devait être sous-estimé. Heureux tournant du destin, c'était lui la main dont la poigne tenait fermement chaque détail des songes de ce justicier au courage d'or mais aux ambitions effacées. Étant à présent une image bien claire au sein de ce décor enneigé, l'Incube se permit une démarche tout autour de l'intérieur du cube de verre. Sa transparence ne protégeait étrangement pas des vents glaciaux qui vinrent arracher à Jaden les plus douloureux des frissons. Ses pieds s'enfonçaient durement sur le plancher vitreux sous les deux personnages, laissant une minuscule fissure éclairant quelque peu la surface menaçant de s'émietter à chaque instant. Les cris du vent était d'un froid sans précédents mais l'atmosphère était lourde, voir insupportable. Le rêve n'était plus, le cauchemar subsistait et il ne laisserait jamais sa place à sa proche parenté. Prenant une grande respiration, le démon des nuits expira d'une voix terriblement puissante, faisant écho dans chaque recoin de la prison de verre, chaque lettre, chaque syllabe, chaque mot, chaque expression cherchait à faire son chemin dans le plus creux des oreilles de la victime du jour.


Prêt à apprendre la dure réalité de la vie non pas par de fausses illusions vous laissant dans les mains de la joie de vivre mais bien pour le compte des pires sévices de l'Histoire? Jaden, vous voici aux premières loges pour assister à votre chute vers les Enfers. Un champ blanc de pureté s'étend autour de nous, pourtant, comme tout le reste, dans l'irréel il réside. Un bloc de verre se voit être notre nouvelle demeure pour cette expérience humanitaire des plus fascinantes, et pourtant, comme cette plaine d'hiver, dans l'irréel il réside. Auriez-vous cru au rêve le plus fragile, monsieur Keller? Voyiez-vous cette hallucination autant sensorielle que mémorielle comme votre salut? Vous, étant réfugié dans votre propre intimité et pourtant, vous n'êtes guère à l'abris de perturbations. Précédente rencontre entre nos deux entités, le souvenir d'une confrontation inégale sur tous les sens. Le sacrifice de vos rêves pour défendre votre idéal du courage et du bien-être de tous, à ce souffle, vous n'auriez jamais autant affirmé de mensonges sur toute la ligne. Nous sommes ici pour vous faire comprendre que depuis le temps, vous n'avez rien appris des leçons de la vie. L'existence ne se base pas uniquement sur de bonnes et belles valeurs comme vous vous êtes convaincu de croire. Aurez-vous le courage d'oublier votre famille pour faire foi de vos propres capacités? Ceci n'est plus votre rêve, Jaden. Depuis sa première lueur d'ombre, il m'appartient, en totalité.

Déposant sa main devant lui, le ténébreux fit apparaitre un imposant morceau de marbre dont il prend un véritable plaisir à lancer directement, de vive allure, dans une des façades vitrées du cube transparent. La prison fracturée, tout s'effondra en une fraction de seconde alors qu'une pluie de fragments vitreux jaillit vers le terrain blanc de neige devenu un enfer de lave, de magma et de roches déboulant autour d'eux. Manque de gravité oblige, les protagonistes de l'étrange mise en scène se voyaient chuter brusquement vers le sol. Tombant brusquement sur ses pieds, Alexis retrouva rapidement l'équilibre alors qu'une violente bourrasque de flammes ardentes tourbillonait autour d'eux. À une vitesse ahurissante qu'elle tournoyait, devenant ainsi impossible de voir le paysage lointain. Essayer de franchir cette barrière naturelle était sans doutes une tentative de suicide des plus efficaces. Étrangement, à l'intérieur du typhon du ventre même des entrailles du domaine du diable, tout semblait calme et paisible pour Alexis et Jaden. Le ténébreux savait fort bien que les détails de sa catastrophe naturelle s'étendait sur les champs en entier du rêve devenu cauchemar de l'homme à la justice d'acier. . Premier regard abstrait et vide de sens, il aurait été facile pour l'homme de dire que ses minuscules ruines naturelles étaient les vestiges d'une étoile échouée lors d'une nuit d'hiver. Une simple marque pour rapprocher l'esprit endormi de Jaden de plus en plus près de l'impitoyable réalité.

Se redressant debout et fier en laissant se perdre dans l'oubli de cette chaleur accablante il fit face à celui qui devait se croire perdu dans la confusion la plus totale. La peur, la terreur, l'horreur se lisait sur les traits assomés de son visage. Fausse impression ou ignorance totale, ceci n'était plus un jeu, ceci n'était plus une pièce de théâtre malgré la fiction, malgré les subtilités de l'imagination créative du prince des ténèbres. Se décorant d'une neutralité aussi ombrageuse que la pénombre, Alexis laissait finalement la force de sa voix braver la tempête pour se loger dans les souvenirs de l'antagoniste de sa situation.


Ironiquement parlant, éclaircissons cette intertitude qui plane sur votre pensée. Je ne suis point votre ennemi, monsieur Keller, et encore moins votre allié, votre confident. Je suis un simple chasseur, parfois abominable, parfois nécessaire. Je suis dans l'impartialité absolue, regrettable que certains membres de votre société malade et en déroute remettent en question le fondement même de mes méthodes privilégiées souvent jugées sans moralité, meurtrières et sanglantes. Voyez à quel point les mots de mes paroles sont de redoutables armes plus efficaces que n'importe quelle décharge enflammée vous perforant cette couche de peau qui ne vous protège de rien d'autre que vos déceptions face à l'évidence. Les ténèbres ont vaincues par le passé, Jaden, et comme tous les autres, vous y êtes tombé, abandonnat le combat pendant un bref moment, suffisant pour l'obscurité de reprendre le dessus, les nuits de nouveau plus noires et obscures que jamais. Depuis la nuit des temps, Jaden, c'est ainsi, jamais vous ne mettrez en pièces un concept traversant la lignée de l'Histoire. Vous dresserez-vous de nouveau devant moi, avec autant de courage et de ferveur n'égalant que la flamme de votre fierté lors de notre première mais vulgaire confrontation? Les règles du jeu ont changées, plus rien n'est pareil et heureusement pour vos heures de sommeil, ce n'est que le début.

À chaque pas enfoncé dans le sol rocailleux que laissait trainer la démarche du ténébreux, le vent devenait de plus en plus brulant, voir explosif. Chaque morsure de sa part était vive et sans pitié. La tempête autour d'eux gagnait en vigueur et ce n'était qu'une question de volonté de la part de Alexis avant que tout s'emporte, transformant ainsi les songes nocturnes de ce rêveur malchanceux en une véritable cacophonie de la nature. Ce devenait très sérieux, une erreur et tout était terminée pour Jaden. Il n'avait guère de place pour l'erreur, pour l'irréparable, pour l'incomparable. Observant les plis de son manteau se battre contre les cris de l'ouragan infernal, le ténébreux se pressa de le rattacher pour éviter une perte de style vestimentaire. Bien entendu, il jouait la fausse comédie quant au climat environnant. Dévisageant à présent Jaden avec une presque expression de dégoût, jamais un discours vocal n'aurait pu être aussi déstabilisant, surtout en situation de pareil conflit.

Posez-vous la question, Jaden, qu'en est-il de votre rêve? Est-ce réellement le vôtre? Suis-je une simple manifestation imaginative du plus profond de votre esprit? Mais par-dessus, suis-je mort, meurtri, décédé, enterré six pieds sous terre, sans souffle? Mais avant tout, qu'est-ce que vous en pensez, Jaden? Le rêve, en quoi consiste t'il? Quelle représentation a t'il pour vous?

Qui aurait cru un jour qu'un paysage aussi enchanteur que les plaines des Enfers serait témoin d'une réunion aussi fragile, aussi risqué? Le rêve était en déroute, bientôt, tous ses espoirs seraient brûlés à vif, sur place, par son pire cauchemard.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Against a Darkest Dream [Jaden Keller]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Against a Darkest Dream [Jaden Keller]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dream of Ewilan
» Hollywood Dream Boulevard
» Dream ticket :Obama/Gore
» California Dream !
» Horse Dream RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
:::Heroes::: :: New York :: Les Alentours-
Sauter vers: