Forum optimisé pour Mozilla Firefox
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 In My Darkest Hour (PV Caïn)

Aller en bas 
AuteurMessage
Alexis Kane
The Man That You Fear
avatar

Nombre de messages : 2526
Age : 30
Pouvoirs : Création/contrôle des rêves, Maitrise des ombres
Côté Coeur : Darkness
Date d'inscription : 23/10/2008

:::Votre Perso:::
Age du perso: 30
Relations avec d'autres personnes: Sylar (--), Kerry (--), Alex Dumont (--), Sky (+/-), Billy (----), Caïn (+), Asami (-), Rick (-), Galadriel (+), Edmond (---), Gregory (--), Jaden (-), Mickael (---), Alison (++), Peter (---)
Travail: Aucuns

MessageSujet: In My Darkest Hour (PV Caïn)   Dim 16 Mai - 6:46

Il y avait cette larme qui coulait, ce reflet aquatique tel une lame au scintillement presque éblouissant, qui coulait le long de ses traits faciaux déchirés par la tristesse et le désespoir. Sa bouche ne parlait plus, tremblant sous les effets d'une amère déception qui fut malheureusement inévitable. Cruelle vie, infidèle réalité, on y vit, on y meurt. Certains le méritent, d'autres l'ont cherché, on ne peut rien faire pour eux. On pourrait la qualifier d'une vulgaire injustice, emportant parfois avec celle ceux qui sont partis trop tôt avant leur temps destiné. Des innocents qu'on appelle, ou si vous préférez dans un vocabulaire plus représentatif de la dualité, des dommage collatéraux. On les pleure, ces proches que nous avons perdus. Nous leur rendons hommage en les soumettant à la volonté du sol, leur offrant une prison pour échapper à la douce fatalité de l'éternité. On ne peut être guère témoin de sa propre survie, est-ce ainsi notre récompense pour toutes ses longues et éprouvantes épreuves? Une fois dans la mort, nous y sommes ancré, perdu dans sa domination et le chemin de retour est inexistant. Un pas s'enfonce et un autre, il est impossible d'avancer, impossible de poursuivre le chemin de ses rêves, impossible de se plier à la volonté de la vie. C'est le problème de la mort, elle est mortelle et sans pitié. Ironiquement dans toute cette histoire, nous pouvons marcher à ses cotés sans avoir à se soucier de notre propre destinée...

Précisément, c'était ce qui arrvait à Alexis en ce moment même. Le ténébreux transportait son calme dans une aire de répos éternel et de respect envers la mort: un cimetière. Sa démarche le faisait traverser des couloirs bien alignés de pierres tombales diverses, inutiles mais indispensables à un deuil que les humains n'ont jamais été en mesure d'accomplir. Si proche de la mort, Alexis n'en frisonnait même pas. Ce concept, il ne le craignait guère, il le respectait dans ses plus hautes instances. Monstrueux comme il était, il aurait pu détruire et saccager ce qui restait de dignité chez les victimes de la faucheuse mais il n'en faisait rien. Son art lui avait appris que les morts ne méritaient plus souffrance et douleur, mais repos et paix. La vie était une guerre interminable, à la fois sanglante et brutale, et il en était un des principaux artisans. C'était sans se plaindre qu'il acceptait son sort, sa position importante sur la mise en scène mais après tout, c'était la suite logique de ses efforts et de sa volonté à vouloir changer le monde à son image. Le ténébreux avait horreur de la violence gratuite et sans buts précis. Contradiction possible me dites-vous? Certes, Alexis Kane est probablement un des êtres les plus violents de l'histoire de l'humanité mais dites vous qu'il agit pour un but précis, un objectif duquel il est impossible de le chasser. Ce n'est pas un barbare, c'est un philosophe utilisant des manières peu communes pour imposer sa parole.

Une évidence aucunement surprenante, c'était le voile de la nuit qui recouvrait le tableau du ciel. Une simple percée de la lune éclairait les recoins obscurs du cimetière. L'éclat qui s'étendait sur les pierres poussiéreuses reflétait un climat de suspense et de malaise pour les coeurs plus sensibles et plus fragiles. Agenouillé devant une pierre tombale, c'était donc le moindre des soucis du ténébreux qui observait avec attention la pierre dressée en avant de lui. Le nom du cadavre reposant à cet endroit avait été effacé par le passage du temps, impossible donc de faire une identification précise. La date de naissance était également inconnue mais on pouvait voir l'année du décès, celle-ci étant 1983. Fronçant légèrement les sourcils, Alexis se rappelait que c'était également l'année où le monde fut témoin de son arrivée, année déterminante pour l'histoire du vingtième siècle. Un impact retentissant, un regret sans équivoque de la parenté de cette monstruosité. Glissant son doigt sur la surface de la pierre, il chassa la poussière abondante d'un simple et calme souffle d'entre ses lèvres avant de se relever, plongeant ses mains dans ses poches, son regard dans l'oubli, ses pas dans le sol. Il avançait sans avoir où il se dirigeait, un inconnu, un mystère, que de secrets qu'il ne tarderait pas à découvrir et à soumettre à son omniscient savoir...

Le champ honorifique de la mort s'étirait à perte de vue. Jamais autant de tristesse et de remords avaient fait pencher l'équilibre dans un lieu de calme et de paix. C'était lourd, difficile à supporter mais une épreuve sans aucune intensité pour Alexis Kane. Il perçait les horreurs les plus dégoutantes, les massacres les plus sanglants. À chaque de ses pensées, les ténèbres dansaient autour de lui, tournoyant telle une tempête fracassant le calme constant qui habitait cette créature indescriptible. En présence de la douceur macabre de ce lieu, son esprit se fracassait en un incroyable mécanisme de réflexion et de prévision pour préparer on ne sait encore quel plan diabolique. Et qui sait, peut-être que ce n'était qu'une vulgaire mascarade, une simple ruse pour détourner l'attention...
Revenir en haut Aller en bas
Caïn Ezechiel
~~All Causes Shall Give Away : I Am In Blood~~
avatar

Nombre de messages : 1647
Age : 25
Pouvoirs : Contrôle cellulaire(=>Enzyme) ; Expérience ; Téléportation
Côté Coeur : Il n'existe plus.
Date d'inscription : 03/08/2008

:::Votre Perso:::
Age du perso: 451 ans(apparence 23)
Relations avec d'autres personnes: Voir Background
Travail: Je n'aime pas le travail, nul ne l'aime ; mais j'aime ce qui est dans le travail l'occasion de se découvrir soi-même.(Joseph Conrad)

MessageSujet: Re: In My Darkest Hour (PV Caïn)   Ven 28 Mai - 19:37

[Je me remets doucement mais surement au RP avec Caïn, alors un peu de compassion xD.. Sinon, désolé pour l'attente.]

" Un livre est un grand cimetière où, sur la plupart des tombes, on ne peut plus lire les noms effacés."[Marcel Proust]
"L'homme cherche la nouveauté dans les cimetières."[Louis Scutenaire]
---------------------------------------------------

~~Let Not Light See My Black And Deep Desires~~

Ce fut un choc de découvrir la nature du pouvoir que lui avait octroyé l'Eclipse. Un pouvoir puissant et qui permettrai de le sauver de bon nombres de situations auxquelles son ingéniosité seule aurait dû suffire. Mais aujourd'hui, le temps n'était plus à la réflexion mais à l'action. Son sang bouillonnait comme jamais et son coeur était ivre de vengeance. Qui pourrait l'arrêter à présent ? Son fer fumait d'une sanglante exécution et il ne serait pas possible de l'arrêter tant qu'il n'aurait pas été plongé dans le corps de celui, celle, ou ceux qui avaient tués Asami. Nul doute qu'il trouverait l'assassin et qui qu'il fut, il serait broyé comme il le méritait. Il avait évolué. Désormais, il serait dur. Cruel. Sans pitié. Comme autrefois. Pourquoi se laissait attendrir par des êtres pataugeant dans la Fange de leurs propres péchés et aimant s'y rouler ? Asami avait foi en l'humanité. Certains êtres méritaient sa compassion mais elle l'a donnée à quiconque se présentait devant elle. C'était une erreur. Une grossière erreur. Une erreur qui lui avait coûté la vie, dans toute sa naïve et gracieuse bêtise. Les humains ne méritaient pas d'être sauvés, ils n'étaient rien d'autre que des pourceaux avides et stupides. A l'extérieur, il était semble-t-il toujours le même mais à l'intérieur, il avait indéniablement changé. Son mépris et sa misanthropie refoulée était désormais un cri de rage, un cri de dédain que poussait son coeur. Nul doute que ceux qu'ils avaient rencontrés par le passé serait surpris par ce changement. Il ne pouvait désormais plus reculer. Il était dos au mur et acceptait cette situation. Dans son étrange et grotesque folie, il s'amusait même de la condition sordide dans laquelle il était plongé. Oui... Oui... C'était.. Intéressant. Cela allait provoquer une chaîne d'événements qui comblerait ce spleen et cet ennui mortel qu'il ressentait constamment.

C'était dans cette optique qu'il avait commencé la récolte d'informations. Il savait plusieurs choses sur le décès d'Asami: premièrement, qu'il s'était passé à New York, dans notre époque. Deuxièmement, que c'était en plein jour. Et que, par conséquent, il y avait obligatoirement des témoins autre que le ou les tueurs. Il en était certain. C'était avec cet espoir désespéré que luttait l'immortel. C'était avec ce minuscule lambeau d'espérance qu'il comptait retrouver le(s) meurtrier(s) de son Alice. Tel un chien traqueur, il reniflerait les tâches de sang, rampant et se mêlant aux habitants de cette fange qu'il détestait tant à présent pour les retrouver. Et lorsqu'il les aurait à portée de ses terribles crocs.. L'assaut de Pyrrhus sur l'aïeul Priam que contait un personnage de Hamlet semblerait un bien doux traitement. Toute la violence et tout son dégoût, son rejet de cette firme fanatique se trouverait libéré en une sanglante exécution orgiaque et malsaine. Toute sa fureur éclaterait en gerbe de sang dont il maculerait les murs et les rues de New York. Il se ferait cruel bête impavide, inébranlable, lorgnant avec un plaisir non dissimulé les tripes du meurtrier. Ce serait un meurtre si sanglant que le Monde en serait effaré...

Oui, désormais, les pensées de cet homme était noirs. Non. Plus sombre que le noir. Le cimetière fut le comble d'une grande errance. Tout le jour, il avait cherché, en vain, des informations. Il n'avait rien recueilli... Trouverait-il bientôt la dépouille d'Asami ? Pourrait-il enfin lui offrir la sépulture décente qu'elle méritait ? Il mourrait chaque jour à petit feu d'attendre de trouver ce qu'il voulait. C'était une indéniable frustration que de ne pas réussir à rejoindre ce meurtrier... Avait-il quitté la ville... L'état ? Même si la nippone n'était pas très connue en dehors du Pays du Soleil Levant, elle n'avait pas moins de fervents admirateurs aux Etats-Unis. L'ignorer aurait été stupide. Mais peut être que son meurtrier n'avait pas réfléchi aux conséquences de son acte, peut être qu'il avait tué dans toute son ignominie sans préméditer son geste, juste parce qu'elle était là, au mauvais endroit.. Au mauvais moment. Il ne supportait pas cette idée. C'était ce qu'il se disait lorsque ses pas le menèrent au Cimetière. Un lieu que certains qualifiaient de lugubre, sans comprendre. Les cimetières sont les livres oubliés des nations, ce sont des lieux où tout est aphone, discrétion, où l'homme vivant n'a pas sa place normalement. Ce sont des sanctuaires oubliés et interdits, des monuments à la géométrie précise et spectrale, rangés par rangées et par colonnes, tels les bureaux d'une salle de cours poussiéreuse et désertes. L'être éternel franchit le portail avec un sourire. Il aimait marcher dans ces lieux dont il se sentait intimement proche. Comme si, de par le nombre de fois où il était mort, l'immortel voyait la nécropole comme un refuge, comme sa seule véritable demeure.

Et ces gens qui étaient morts... Qui s'en souciait à présent ? Personne. Tombés dans l'oubli, tel est le destin des morts. Sinon, comment ferait les vivants pour vivre, leur esprit englouti par le deuil de leurs amis, de leurs familles... De leurs amants ? Ils ne pourraient esquisser un mouvement, un geste, ni risquer une œillade fugitive sous peine de pleurer ou de se souvenir d'un défunt dans l'instant.. Nous sommes hantés par les morts et nous les oublions pour pouvoir à nouveau vivre. Même si cela nous coûte. Car, l'humain, dans son égoïsme égocentrique et individuel ne cesse de quémander cette illustre orbe parfaite que l'on nomme Bonheur. Et pour cela, il doit renier des choses de son passé. Mais Caïn n'était pas ainsi. Lui, il n'avait jamais oublié. Tous les gens qu'ils avaient tués.. Tous les gens qui l'avaient tués.. Toutes les personnes qui étaient mortes à ses côtés... Et qu'il avait dû voir partir, sans pouvoir esquisser le moindre plus petit signe de compassion, terrible statue de funambule qu'il était. La blancheur opalescente des rangées de marbre tranchait avec l'onyx noirâtre que revêtait sa Lady préféré: la Duchesse Nuit. C'était un curieux clair-obscur qui s'offrait à ses yeux. Et dans ce tableau digne du Caravage ou d'un Georges de La Tour, se distinguait une silhouette.

Il la reconnut aussitôt.
Il sourit.
S'avança.
Exultant.
La blancheur de sa peau s'accordait parfaitement avec la sépulcrale blancheur des tombes.
Un rayon de Lune dansa sur ses yeux, les faisant étrangement pétillaient.
Sa voix transperça l'horizon obscur du silence.

"Ainsi, nous nous revoyons. Vas-tu donc enfin me dire ton nom, ami des onyx cieux ? Que fait un être tel que toi, dans ce lieu ? Ah... Peut être que tu restes ici, car, comme moi, tu ne veux pas que l'aube voit tes noirs et plus obscures désires ? "
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Kane
The Man That You Fear
avatar

Nombre de messages : 2526
Age : 30
Pouvoirs : Création/contrôle des rêves, Maitrise des ombres
Côté Coeur : Darkness
Date d'inscription : 23/10/2008

:::Votre Perso:::
Age du perso: 30
Relations avec d'autres personnes: Sylar (--), Kerry (--), Alex Dumont (--), Sky (+/-), Billy (----), Caïn (+), Asami (-), Rick (-), Galadriel (+), Edmond (---), Gregory (--), Jaden (-), Mickael (---), Alison (++), Peter (---)
Travail: Aucuns

MessageSujet: Re: In My Darkest Hour (PV Caïn)   Dim 6 Juin - 19:39

Un enfer, un paradis, un purgatoire. Tous des endroits où il y est possible de se perdre dans les vappes de notre propre éternité. Ironiquement, des lieux qui sont issus d'un imaginaire n'ayant guère convaincu tous les esprits si bien assombris dans leur ignorance. Qui oserait croire en la fausseté de ce mensonge? Tout le monde, malheureusement. Cet idéal du paradis, du bien et du comfort jusqu'à la fin de notre mort, désolant, démoralisant mais bien présent. Les âmes quittant leur déchet de forme corporelle, ils n'en ont rien à faire de toute ses sotises. Ils disparaissent dans le néant, dans le vide infini, sans jamais croiser le soi-disant Dieu le Père tout-puissant. Dieu, grand manipulateur des hommes, ce petit garnement qui a su créer de main de maitre tout ce jeu dans lequel ses petits humains s'amusent à se perdre et s'entretuer sans remords, sans pitié. C'est sa faute si nous en sommes à ce point de non-retour, et même si un désespéré tenterait de sauver la race de son sort de condamnation inétivable, il finirait dans le même pétrin que ses confrères et consoeurs. Dommage pour lui? Aucunement, il n'avait simplement qu'à jamais tenter de découvrir le secret de tout les malheurs. De nos jours, les justiciers forts et courageux se font une espère rare, en voie de disparition, aucunement en voie de résurrection. On voudrait être désolé, on voudrait affirmer que cette constatation nous brise le coeur, nous arrache des pleurs et pourtant, ce serait trop demander d'avoir le semblant d'une étincelle de sentiment de compassion. Nous suivons les traces d'un homme qui ne regroupe aucuns de ses traits de personnalité si bien démontrés. L'homme que vous cotôyez en ce moment ne correspond en rien à cette définition, il en est tout le contraire, il en est l'exact opposé, l'éloignement extrême...

Et il le savait que trop bien la vision que les autres avaient de lui. Opinion d'autrui, le moindre des vulgaires soucis de Alexis Kane. Ne jamais l'oublier, une seule idée, un seul idéal, une seule mission, un seul but. Sa réussite, sa fierté, sa simple pensée. Expliquait-on ainsi sa présence dans l'aube du repos des morts? Aucunement. Sa marche n'expliquait en rien la raison de sa visite dans un lieu de paix et de prospérité d'un concept abstrait lâche et cruel mais bien présent. Un pas de plus derrière une pierre tombale de plus, et il ne daignait guère prendre conaissance de l'identité d'un victime juste ou injuste. Dommage collatéral on disait, un sacrifice nécessaire lui-même affirmait. Le ténébreux lui-mêmene comprenait pas spécifiquement le comment du pourquoi de sa présence mais il n'en faisait rien, il vivait ce qu'il devait vivre, une simple formalité pour sa personne. En ce moment, son esprit ne vivait plus, n'étant pas également sur le chemin de la mort. Suspendu par le temps et la réflexion, c'était un état de méditation si bien préparé et ficelé, du rarement vu dans le commun des mortels. L'atmosphère silencieusement macabre était un atout précieux, un cadeau rare et inespéré, une paix dont on ne pouvais plus se passer une fois les pieds plongés. Sa mentalité se retrouve nue, sans limites et sans frontières, cherchant l'équilibre parfait pour le crime parfait. Trajet long et sinueux, obstacles et embûches à la pelletée, et pourtant, la volonté est la force motrice de tous les projets passés ou futurs. Si peu a été dit, tant reste à écrire, à découler, à se figer...

Un silence percé, une toile déchiré, un monument fracassé, tout était en morceaux. Impossible de se tromper à l'écoute de cette douce folie sonore, un hymne à la musique sans voix, sans tonalité, sans silence. Son sens auditif si bien aiguisé, le ténébreux aurait reconnu cette voix dans une foule bruyante et hurlante. Déviant sa tête, son regard vers la source de distraction, il reconnut cet homme. Particulière créature dans un tel mystère, jamais le secret de sa nature était parvenu aux abords des ombres. Intéressant et intriguant il était, l'attention était peut-être méritée dans son cas. Il ne parlais pas comme les autres... humains, si on pouvaient oser faire la qualification de ces 2 êtres comme étant de vulgaires humains. Ses paroles flottaient si doucement, un plumage déchu du plus impurs des vols d'oiseaux. Et pourtant, le poids de leur gravité briserait les esprits les plus faibles, sans structures, sans puissance. Simplicité mais efficacité, complexité comprise, aucuns doutes, dans un certain sens, leur esprits se communiquaient dans une possible inconscience ou non-conaissance de la chose. Charmant de voir des abominations nocturnes échanger de la sorte, n'est-ce pas? Ne lui dirigeant aucuns sourires, aucunes émotions, seulement un regard soutenu par une force de caractère inébranlable, Alexis lui montrait que sa présence l'étonnait mais qu'elle ne le dérangeait nullement. Passant aux cotés de Caïn sans faire d'histoires, Alexis s'arrêta quelques pas plus loin derrière lui en soulevant sa tête brune vers les reflets nocturnes des cieux. Déposant sa touche vocale dans les environs, il répondait avec calme et neutralité aux nombreuses interrogations de son semblable...


Un nom n'est qu'une simple étiquette défiant la véritable nature d'une identité, en quoi elle peut se révéler d'une quelconque importance. Remarque faite, un respect réciproquet et évident serait-ce de décliner ce vulgaire terme se collant pour le restant de mes jours à mon âme sombre et putride. Collègue des terres mortelles acceuillant le répit d'une âme en peine, je ne nomme Alexis Kane. Maintenant, vous en faites de ce que vous voulez de ce nom, il ne m'arrachera aucunement mon identité déjà forgée, ancrée, nullement oubliée dans nos souvenirs, dans leur souvenirs. Ce nom vous est peut-être familier, sans quoi votre ignorance face à son existence ne perturbe nullement la survie de ma personne. Votre volonté à connaitre cet aspect aucunement significatif de ma personne vous rendait méritant pour cette vulgaire récompense.

Plissant légèrement les yeux suite à une déflection lumineuse à l'intérieur de ses noirs pupilles, Alexis baissa sa tête pour le replacer à niveau avant de se retourner pour faire face à Caïn. Répétition de la veille, le ténébreux ne faisait preuve d'aucune émotions, ni même de semblant de sourire. Son regard se plongeait dans celui de son homologue, triste personnage incompris de toute population digne de leur propre médiocrité...

L'aube du noir est notre seule compréhension de ce monde perdu vous savez. La nuit comme le jour a conaissance de mes sombres désirs, ce n'est ni un secret, ni une honte mais une fierté hors d'atteinte de toute critique. Savoir pourquoi on avance dans la vie vaut bien plus que toutes les richesses matérielles de ce monde. Peut-être avez-vous la réponse à cette curieuse explication sans logique: en quoi une liasse de billets verts vaudrait-elle plus que le doux accueil des ténèbres nocturnes? Le comfort et le repos parmi ces derniers, jamais vous ne trouverez pareil ailleurs. Vous comprenez ma nature? Vous savez pourquoi je suis ainsi, un être tel que moi camouflé dans l'ombre des oublis? Si seulement vous compreniez le bien que le noir m'a apporté depuis le début de mon existence. Son calme, sa sagesse, sa puissance, tout m'a été transmis, tel un héritage, de générations en générations. Depuis trop longtemps, le trône était vacant, c'était d'une justice que je me devais d'y prendre place sans me laisser empêcher par tous ces jaloux. Dévoilement de mon existence, les ennuis doivent vous percuter l'un après l'autre sans vous laisser l'opportunité de réplique. Nous partageons une nature et une compréhension de cette réalité mais, dites moi, Caïn, pourquoi faites vous acte de présence ici en ce cimetière? Pour faire état de vos noirs et obscures désirs?

Décorant son visage d'une éternelle neutralité, Alexis tira son regard vers les herbes virevolantes suites à une légère brise dégagée d'une source inconnue. Le vent s'était levée, calmement, paisiblement, donnant à cette rencontre une touche presque effrayante, digne d'un véritable roman d'horreur...
Revenir en haut Aller en bas
Caïn Ezechiel
~~All Causes Shall Give Away : I Am In Blood~~
avatar

Nombre de messages : 1647
Age : 25
Pouvoirs : Contrôle cellulaire(=>Enzyme) ; Expérience ; Téléportation
Côté Coeur : Il n'existe plus.
Date d'inscription : 03/08/2008

:::Votre Perso:::
Age du perso: 451 ans(apparence 23)
Relations avec d'autres personnes: Voir Background
Travail: Je n'aime pas le travail, nul ne l'aime ; mais j'aime ce qui est dans le travail l'occasion de se découvrir soi-même.(Joseph Conrad)

MessageSujet: Re: In My Darkest Hour (PV Caïn)   Mer 28 Juil - 23:51

[Voilà après un long moment je réponds. Je reviens enfin dans l'RP, enfin, je l'espère. En espérant que cette réponse t'aille, cher Alexis =) ]

"Si Dieu n'existe pas, tout est permis." [Fiodor Dostoïevski]
"L'homme n'a inventé Dieu qu'afin de pouvoir vivre sans se tuer." [Fiodor Dostoïevski]
-----------------------------------


Dans le silence des lieux, deux personnes contemplaient tranquillement les tombes. Tous deux étaient les seuls à comprendre les vérités terribles de ce monde. Tous deux étaient les seuls à même de saisir toute l'ignominie et l'hypocrisie de l'humanité. On s'invente des raisons pour tant de choses... Toutes nos belles phrases et même nos mouvements d'attention et d'égard pour autrui ne sont qu'un tas de fabulations... Si on aide son prochain, ce n'est pas pour l'aider mais bel et bien pour qu'on ai une bonne image de soi... Si on donne de l'argent ou à manger à un sans-abri, ce n'est pour lui venir en aide, c'est simplement pour flatter notre égo et nous empêcher d'éprouver de la culpabilité. Si l'on ne tue pas autrui, ce n'est pas parce que nous sommes des personnes bonnes, incapable de commettre l'acte mais parce que nous craignions la Loi et la mauvaise image qu'on aura de nous. Nous serons détestés, haïs... Mais certaines personnes luttent contre cela. Contre l'hypocrisie et les facétieux mensonges de la Société. Ces personnes sont décrites comme cyniques, asociales, misanthropes, tant de mots qui sonnent péjorativement à l'oreille et qui, pourtant, ne sont que des titres gratifiants à l'oreille de ces mêmes personnes... Oui, seuls quelques rares élus peuvent s'affranchir des règles et des conventions pré-établis.. Seuls ceux qui sont habilités à observer la foule qui compose ce monde sont à même de la comprendre... Caïn et Alexis étaient de cette espèce rare. Mais là où Caïn était intransigeant et doté d'une objectivité extrême, Alexis, lui, ne regardait qu'avec mépris l'humanité. Il l'a dédaignait, l'abhorrait. L'Immortel se demandait dans quels circonstances il avait commencer à percevoir les humains tels qu'ils étaient, lâches et cupides... Décidément, cet être étrange ne faisait que l'intéresser davantage... Enfin, il rencontrait son égal, un autre ayant compris des vérités inconnues du commun des mortels..

Sortant de sa torpeur et de ses réflexions plus sombre que la nuit la plus noir, le Ténébreux choisit de se tourner vers lui. Allaient-ils communiquer, ce cimetière serait-il le théâtre d'un conciliabule sibyllin et sinistre, d'une conversation pseudo-philo-dramatique ? Aucune émotion, aucun signe quelconque ne trahissait les pensées de l'homme qui lui faisait face. Pour la première fois de sa vie, Caïn rencontrait une entité complexe qui lui offrait de nouvelles pistes de réflexion. Un égal, un adversaire à sa mesure, un être s'étant lui aussi enfoncé dans les ténèbres. Un confrère meurtrier, indifférent, un semblable. Et cela était terriblement grisant. Plus grisant que ce n'importe quelle femme pouvait lui apporter, plus vivifiant qu'une simple brise, plus jouissif que n'importe quel acte sexuel... Le commun des mortels ne ressent pas la douce exaltation qu'on peut ressentir lorsqu'on trouve quelque chose qui répond à nos critères.. Qui nous intéresse. En cet instant, secrètement, l'Immortel jubilait. Passant à son côté comme le fantôme d'une nuit pâle, il consentit à révéler son nom. Pour lui, selon ses dires, il n'avait aucun intérêt. Après tout, il est vrai qu'un nom n'est qu'un sigle qu'on nous appose dès la naissance sans nous demander son reste, parfois on l'accepte et parfois on le rejette et même s'il existe le moyen de le changer, nous ne faisons rarement cela car l'opinion générale serait outré, choqué, scandalisé. Elle ne comprendrait pas et nous jugerait... Encore une fois, jugé sans connaître, encore une fois haï sans raisons valables.. Encore une fois, seule face à l'humanité affligeante et niaise...

Selon Alexis Kane, son nom ne changeait pas ce qu'il était au fond de lui-même... Contrairement à beaucoup d'êtres de ce monde, il semblait savoir qui il était et où il devait aller. Était-ce donc cela la sagesse des ténèbres ? Cette sagesse froide, à la fois nébuleuse et précise ? D'une obscure clarté ? C'est vrai, lui aussi, avait ce sentiment. Ce sentiment qu'il savait ce qu'il devait faire, où il devait être.. Depuis le jour où il avait tué ses parents ou plutôt, où la nécessité de les tuer était apparu dans son esprit.. Il l'avait ressenti. Doublé d'un féroce sentiment qui créent des guerres partout dans le monde et ce, depuis la nuit des temps... Il avait toujours su où se rendre, où étaient les événements importants mais aujourd'hui, cette précieuse clairvoyance semblait l'avoir quittée... C'était sans doute à cause d'elle. Elle occupait toutes ses pensées et son attention n'était porté que sur elle. Il voulait la retrouver.. Et la venger. C'était peut être cela qui l'avait conduit indirectement à ce lieu de mort et de solitude.. Elle était morte après tout.. Belle et bien morte...

"Le nom qu'on octroie à la naissance peut, en effet, être qualifié de risible. On peut ne pas en tenir en compte. Néanmoins, les noms ont parfois de grandes significations. Ce sont les noms que nous retenons dans l'histoire. Crois-tu sincèrement qu'on m'est appelé Caïn ? Caïn, le nom du premier meurtrier de l'histoire ? Ce serait un peu mal vu, non ?"

Répondit-il avec un sourire moqueur sur son faciès délicat baigné de la clarté lunaire. En effet, ce nom lui était familier, il l'avait déjà entendu autrefois... Où cela pouvait-il bien être ? La Maison Blanche.. Mais oui, il avait attaqué la Maison Blanche accompagné de Sylar. C'était certes il y a longtemps maintenant, mais c'était encore clair dans sa mémoire. Sylar lui avait dit qu'il avait recruté quelqu'un.. C'était donc cet homme... Ils se connaissaient donc depuis longtemps, même si ce n'était qu'indirectement... Le Destin était-il donc si facétieux ? Les comédiens d'une pièce de théâtre sont après tout censés se connaitre, mais certains personnages, sous couverts d'autres noms ou d'autres apparences peuvent très bien manipuler les autres protagonistes et ainsi développer moult quiproquos -qui sera ensuite une fascinante base pour l'intrigue. Il se retourna et le regarda, commençant une nouvelle tirade. Comme toujours, bien qu'elles étaient excessivement longues pour le laconique homme aux mille noms, elles n'en demeuraient pas moins attrayantes. Oui, cet être pensait bien différemment des autres et c'est cela qui lui plaisait chez le Ténébreux...

"Même si c'était sans doute rhétorique, je vais répondre à tes interrogations... Pourquoi privilégie-t-on des liasses de billets aux ténèbres ? Parce que l'humanité a peur des ténèbres. Ou plutôt, elle a peur de la vérité qu'elle représente, après tout, le commun des mortels n'est pas empreint de sagesse et ne désire pas celle-ci. Elle souhaite tout simplement être doté d'un confort illusoire, elle ne souhaite pas être perturbé dans son quotidien répétitif et amorphe. Elle a peur. Peur de voir sa véritable nature immonde. Elle a peur de sa propre ignorance. L'humanité est comme un éphémère. Ils cherchent à profiter des plaisirs que peut offrir la vie avant de trépasser, car, après tout, la vie humaine est si brève et un accident est si vite arrivé.. Seul, face, à la mort, à son hiver, enfin, l'homme semble entrevoir la vérité et à sa dernière seconde, il a terriblement peur... Car, après tout, ce qui l'attend, n'est que ce qui lui faisait peur pendant toute son existence.. Oui, à la fin, il n'y a que les ténèbres. Le Néant. Nous naissons, fruit du hasard par finir par nourrir les asticots dans des endroits aménagés comme celui-ci. Personnellement, j'aime beaucoup l'idée de l'Enfer, même si je sais que cela n'est qu'un mythe humain pour diriger les pulsions primitives de l'homme pour qu'il fasse le bien..."

Ce n'était pas dans son habitude de parler autant, d'user autant sa salive, de converser si longuement avec quelqu'un. Mais après tout pourquoi être laconique en ce beau soir si doux ? Une brise légère rafraichit ses sens, comme si la Nature elle-même comprenait et compatissait. Oui, elle comprenait l'absurdité de l'homme... L'humanité était si amusante.. Elle bouge, cours, vole, invente mais finalement, tous finissent par mourir... Et à se retrouver dans des cimetières. Son visage était lui aussi redevenu marbre blanc immaculé et ses pupilles charismatiques filèrent regarder l'homme en face de lui, à la fois amusée et intriguée...

"Que la clarté ne puisse voir mes désirs profonds et noirs, Macbeth, Acte 1, Scène 3. J'ai, comme toi, cher ami des onyx voluptés, des desseins profonds et sinistres, mais, comme les animaux, je sens que les étoiles sont voilées, que les nuages s'éloignent et je ne puis que me résoudre à demander: mais que signifie ces hérauts de la Destinée ? Est-ce un signe ? Oui, je le pense. Est-ce une coïncidence que nous nous rencontrons maintenant ? Non, je ne le pense pas. Comme tu l'as si justement dit, nous nous comprenons mutuellement. Aussi, je perçois que la sagesse des Ténèbres a dû te mener vers un chemin. Me le montreras-tu ? Me diras-tu ce que tu trames, sous le couvert de la nuit la plus noir ? Il y a longtemps que je me suis tenu dans les coulisses et il semble pour moi l'heure de retourner sur la scène... Peut être m'introduiras-tu, car, nous nous complaisons tout deux dans les formalités d'usages. Et chacun, nous sommes seuls habilités à comprendre l'autre..."

Il recula pour admirer le magnifique horizon qu'il avait devant les yeux... Un horizon de croix silencieuses...
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Kane
The Man That You Fear
avatar

Nombre de messages : 2526
Age : 30
Pouvoirs : Création/contrôle des rêves, Maitrise des ombres
Côté Coeur : Darkness
Date d'inscription : 23/10/2008

:::Votre Perso:::
Age du perso: 30
Relations avec d'autres personnes: Sylar (--), Kerry (--), Alex Dumont (--), Sky (+/-), Billy (----), Caïn (+), Asami (-), Rick (-), Galadriel (+), Edmond (---), Gregory (--), Jaden (-), Mickael (---), Alison (++), Peter (---)
Travail: Aucuns

MessageSujet: Re: In My Darkest Hour (PV Caïn)   Jeu 5 Aoû - 3:51

(Je m'excuse d'avance pour les fautes, j'espère que ça rendra pas le tout illisible pour autant Razz )

Lien spirituel, lien fraternel, était-ce une relation éternelle? Toute institution abstraite qualifiant ce qui pouvait unir deux êtres, deux personnes, deux créatures, résistance au passage temporel? Des âmes soeurs, des amis d'enfance, des ennemis de toujours, des amants de passion, des amoureux interdits, les possibilitées dans le vaste infini. N'être rien de cela représente une exclusion total du modèle social que l'on attend de chaque individu. La survie d'un solitaire dans une jungle urbaine aussi dense n'est victime d'aucune garantie, désolation de cette constatation mais comme toujours, on se réjouissait de cette triste et vraie vérité. Tisser des liens, expression absurde d'un ridicule risible, comment vouloir s'unir à nos semblables lorsque les racines même de l'espèce étaient corrompues jusqu'à leur propres origines? Le paradoxe est tel que l'on ne peut se permettre de défendre sa cause en étant un soldat à sa propre solde. Mercenaire de la non-confiance, aucune loyauté, aucune fidèlité, il marche droit dans les ombres, sombrant en lui-même, repliant les secrets de son coeur vers les profondeurs de l'âme, le contact avec l'éclat de la vie est déjà coupé. Un suicide progressif, l'encouragement d'abandonner les plus rapprochées de notre environnement, les éléments clés de notre histoire, comment défier la raison première de notre propre naisance. Aucun attachement, liaison hors des normes, évitant ainsi le plus profond des désespoir suite à une rupture imprévisible. Éviter la déception, la prévenir, c'est protéger son avenir en tant que personne, en tant que spécimen unique sur la voie de la rédemption. Sombrer, est-ce un mal si conséquent? Nous en sous-estimons le véritable effet sur l'esprit, le comfort, la paix et la stabilité qu'elles procurent. Influence, assimilations, trahison, les terribles conséquences des liens que l'on confit à des créatures hors de notre compréhension. En quoi expliquons-nous un geste aussi aveugle de sa nature? Pourquoi les relations existaient?

Indirectement, était-ce ce que Alexis et Caïn voyaient se développer entre eux? N'allons pas jusqu'à cette réalité et disons simplement que les deux abominations se voyaient plonger dans le même domaine à leur propre façon, les ténèbres. Alexis en était le maitre absolu, son confrère de mort en était inévitablement un fier adepte de cette doctrine. Les ombres se parlaient, échangeaient, se confiant les plus terribles malheurs de l'humanité dont ils rêvaient de perpétuer à leur époque. Le style différait mais les intentions étaient les mêmes. Le ténébreux se questionnait sur la nature exacte de l'être qu'il affrontait verbablement et psychologiquement en ce moment même. Qui était cette noire créature de cauchemars? La sensation de se dévisager dans les reflets d'un mirroir lui effleurait la mentalité. Croire à la ressemblance, aux similitudes mentales, était-ce donc à ce point possible? Trop d'expressions dans le visage de cet homme, une perturbation assaillant la surface des globes occulaires déformant ses visions sur l'univers faible et pitoyable que partageait l'humanité avec son propre penchant de monstruosité. Un sourire, la perception d'un sourire sur les lèvres de l'individu partageant sa visite dans le repos des morts, pourquoi ce témoignage de moquerie tout à fait évident et futile? Similitude dans la différence, et pourtant...


L'identification par un titre maigrement assemblé de lettres sans aucune signification peut effectivement faire sa marque dans le creux de l'histoire, malheureusement. Associer la valeur d'une identité à ces noms m'est d'une désolation caressant les courants les plus brûlants du désespoir. Après tout, c'est aux humains de se rendre compte de leurs propres erreurs, triste réalité il va sans dire. Votre appellation est des plus intriguantes, considérant votre présente nature, nous pourrions dire que malgré son absence de logique, elle fait du sens. Une identité, Alexis Kane, un prénom et un nom assemblé dans un ensemble qualifiant un simple messager, je n'en ressens aucune signification. Les livres se rappeleront de ce titre abstrait, les souvenirs conserveront la gravité de mes discours si bien étalés. Prétention peut-être? Me blâmerez-vous pour me croire au-dessus du reste de la population alors que l'unique frontière nous séparant, étant l'ouverture de mon regard sur la vie et la mort? Modestie, modestie, elle nous fuit sans qu'on la recherche, on me pendrait pour des propos aussi incendiaires. La provocation d'un peuple, si ça peut leur faire comprendre ce qu'ils sont réellement. Soulever le voile de leur pauvre visage, l'accomplissement de mes prochaines intentions.

Les mécanismes du destin étaient-ils à ce point puissants pour mettre cette rencontre fatidiquement mortelle? Se retrouvant dans une ère de silence appaisant, Alexis sentait la voix de son confrère l'envahir de nouveaux en des propos pratiquement semblables aux siens. L'humanité, la peur, les ténèbres, la sagesse, l'origine, l'ignorance, la mort, la vérité, le vide, l'Enfer, le mythe, des notions, des termes, des valeurs, des horreurs, des réactions, des indifférences, des souvenirs, des mémoires. Son attention était pétrifiée en direction de cet étrange phénomène qu'il était. Sa compréhension était totale, sa vivacité était presque honorifique, mais d'où venait-il pour avoir évé victime de cette lucidité? L'étincelle sombre et nocturne de son regard se figeait dans celle de Caïn, prouvaint ainsi que sa solidité et son assurance n'étaient aucunement de la frime. Les plis dans ses vêtements dansaient sous le rythme d'un vent strident venait caresser la pénombre vestimentaire. Son discours était des plus intéressants, captivants, envoutants, méritant une mention sur la ligne du temps. Comment un semblable comme lui avait pu lui échapper après autant d'années? Sagesse retrouvée, au travers des ténèbres tapissées sur la scène, retrouvailles, partage, compréhension, complicité? N'allons pas trop loin dans la description de ce qui s'apparentait à un sommet psychologique sur les raisonnements douteux de l'humain et de son être entier. Éloignant son visage de l'entité, Alexis souleva la profondeur de son regard vers l'horizon décoré de pierres tombables. Payage de souffrance et de torture interminable, le terrain de chasse favori de notre ténébreux préféré. Le monde patientait à son dévoilement spectaculaire, ce serait la plus grande épreuve psychologique, le parfait questionnement sur sa propre nature. Il était prêt, il était fidèle, il était confiant, il serait noir, il serait meurtrier, mais dans l'absence du sang physique. Les esprits saigneraient, les âmes se couvreraient de plaies béantes, les corps seraient intacts. Détruire l'intérieur avant l'enveloppe extérieure, implosion de tout les maux.

L'humain est profondément ancré dans la peur de ce qu'il a toujours été, un vulgaire animal se fiant à ses seuls instincts. Pourquoi douter du comfort que peut apporter la seule et douce vérité de notre époque? Repousser l'inévitable, c'est retarder l'heure sur l'horloge de sa propre mort. Pourquoi tant d'ignorance, avez vous la réponse à cette question? Je ne cherche pas à y répondre suite à mes propres illuminations. Les expériences vécues par autrui me suffiront pour convaincre que tout compromis est fragile, sensible, inutile. Les plus sombres d'entre nous sont les plus illuminés, une contradiction si véridique, c'en est d'une absurdité alléchante. Sans plaisir, sans temporaires effets, sans déceptions, et pourquoi ce plaisir? Quelle en est sa véritable valeur? Plaisir, plaisir, douleur pour le plaisir, souffrir pour une si courte durée, ce sacrifice est aveuglement posé, répugnance de cette vulgaire ignorance, nous avons échapper à son piège, nous en sommes les privilégiés. L'ultime réalisation à la dernière seconde, au dernier grain de sable, à la dernière goutte de sang perdue, à la dernière nuit noire. L'étincellement des dernières étoiles au sommet des cieux, un souvenir impérissable dans l'éternité, c'est d'un charme tout à fait dégoutant, vous ne trouvez pas? À la fin, les ténèbres, et au début, nous en somme issus. Un seule cycle, un recommencement total et perpétué par la simple vie, arrêté par la mortalité sans aucune moralité, absence de compassion et considération.

Neutralité de son visage absolu, le ténébreux ferma ses yeux dans un léger dégagement de son attention envers ce fascinant personnage qu'il était. S'échanger d'aussi longs discours étaient une pratique très peu commune du commun des mortels, parfaitement inhabituel et différent, parfaitement adapté au style inconcevable et increvable de ces artistes incompris. Suivant de nouveau le courant de ses nouveaux propos enflammés dans un calme appaisant, Alexis rouvrit les yeux pour lui faire comprendre que sa présence avait tout de sérieux.

Ce serait de mentir que d'affirmer que mon retour sur scène est inexistant. Vous me voyez intrigué de votre intérêt pour un spectacle de ce genre, sachant ainsi une véritable démonstration d'un art unique en soi. Notre compréhension partagée serait une motivation sensée pour nos chemins retrouvés mais comprenez une chose, Caïn. Aucuns secrets des ténèbres ne se dévoilent au juste jour de la nuit humaine peu importe la nature qui y est opposée. Cependant, votre absence de faiblesse caractéristique aux traits humains me dicte de vous laisser savoir quelques traits de cette planification. Par mesure de sécurité mais surtout de profesionnalisme, je ne peux me plier dans le dévoilement d'une mise en scène aussi complexe. Sachez toutefois que le monde entier sera victime de ce théâtre pour sourds et aveugles, muets et faibles, justiciers et criminels, l'invitation sera pour tous. Les merveilles de ce monde en seront ébranlées, et le but primaire de l'exercise, c'est de découvrir les limites et de pousser le gibier dans le piège de la compréhension. Je remplis le rôle d'un tuteur à la charge de nombreux étudiants, si l'image peut vous donnet une faible idée de ce que je m'attend à accomplir. C'est une chasse sur un chemin sans absence d'obstacles et d'imprévus, j'en suis conscient mais le défi est à la hauteur des ténèbres, c'est suffisant. Pourquoi je perdrais du temps à gagner une cause perdue? Est-ce un simple jeu? C'est beaucoup plus que ça. Nous parlions d'ouvrir ses sens à la vérité, c'est l'expérience que je m'apprête à faire avec eux. J'ignore comment on pourrait parler de votre intégration à un projet aussi ambitieux mais je ne peux nullement douter que votre contribution. Que suggérez-vous? À moins que je vous trouve une petite place dans l'une des représentations mais ce serait dommage de gâcher la surprise à l'avance, vous ne croyez pas?

Se positionnant en accroupi, Alexis plongea sa main dans l'herbe fraichement coupé pour se relever en examinant les quelques brins s'accrochant à sa paume gantée de cuir noir. Pourquoi la nature, aussi belle et aussi pure, avait été gâché par l'égoisme de l'humain?
Revenir en haut Aller en bas
Caïn Ezechiel
~~All Causes Shall Give Away : I Am In Blood~~
avatar

Nombre de messages : 1647
Age : 25
Pouvoirs : Contrôle cellulaire(=>Enzyme) ; Expérience ; Téléportation
Côté Coeur : Il n'existe plus.
Date d'inscription : 03/08/2008

:::Votre Perso:::
Age du perso: 451 ans(apparence 23)
Relations avec d'autres personnes: Voir Background
Travail: Je n'aime pas le travail, nul ne l'aime ; mais j'aime ce qui est dans le travail l'occasion de se découvrir soi-même.(Joseph Conrad)

MessageSujet: Re: In My Darkest Hour (PV Caïn)   Lun 30 Aoû - 18:54

"L'âge entraîne une raréfaction des liens aux autres, puisque des compagnons disparaissent, alors que l'aptitude à contracter de nouveaux liens, d'autres amitiés, diminue. La vieillesse est seule."[Gilles Lapouge]
"Les liens du coeur sont les plus importants de la vie. Pas de liens, tu meurs... ou tu deviens une machine inhumaine."[Michelle Guérin]
"Si la solitude sépare, elle tranche bien des liens qu'on ne coupe qu'à regret, mais elle permet de plonger des racines dans ce qui est essentiel."[Eugène Delacroix]
---------------------------------------------


Sous la clarté lunaire, deux êtres étaient en communion. C'était une scène étrange, irréelle, qui dépassait la compréhension du commun des mortels.. Si quelqu'un les voyait à cet instant, que penserait-il ? Que serait les premiers mots, les premières pensées qui lui viendraient à l'esprit ? Sans doute s'interrogerait-il sur le sens de la conversation. Sans doute se demanderait-il si ces deux silhouettes qu'il parvenait à distinguer étaient des délinquants qui allaient souiller les tombes ? Oui, la méfiance. C'est le premier sentiment qui poindrait dans le coeur de celui qui verrait pareil spectacle. Pourquoi ? Beaucoup auront des explications. Certains vous diront que c'est parce que le monde est rempli de gens mauvais et qu'il faut faire preuve de prudence... D'autres ajouteraient que des gens qui se trouvent dans des cimetières à une heure avancée de la nuit ne sont sans doute pas très sains d'esprits... Préjugés... Peur stupide et incompréhensible.. L'être humain ne peut s'empêcher, indirectement ou non, de s'interdire des choses, de se poser des limites et de s'enfermer dans des catégories, des préjugés, des stéréotypes... Autant de barrières et de cages qui freinaient leur progression vers la Vraie Sagesse, vers la Vérité. C'était pour cela que l'être humain, jamais ne progresserai. C'était pour cela qu'il abhorrait ces limaces ignorantes. Parce qu'elles se forçaient elles-même à être stupide, parce qu'ils se faisaient du mal et qu'ils adoraient cela. Oui, ils adoraient s'abrutir des heures durant. C'était devant des émissions caricaturales et obscènes, où les douleurs d'une famille étaient exposés au grand jour et où la dite famille venait participer en échange de quelques menues monnaies, comme des clochards sont avides d'espèces pour aller acheter leur came ou leur bouteille d'alcool... C'était un cycle sans fin destiné à abrutir pour oublier. Oublier la souffrance de peuplades lointaines, oublier les véritables choses qui sont importantes, oublier les erreurs de notre passé... Ainsi, l'homme traversait son existence le postérieur vissé sur des sièges confortables, s'abrutissant et balbutiant des paroles inutiles et incohérentes, puis, finissait par mourir et, à l'aube de sa vie, parvenait enfin à comprendre qu'il l'avait gâché. Enfin, il succombait à la vieillesse ou à d'autres facteurs pour finir par atterrir dans des champs de croix blanches comme celle où ils se trouvaient..

La vie humaine était si brève et si désolante.. Caïn n'avait jamais compris pourquoi la plupart se complaisaient dans leur quotidien et leurs vies sans intérêts.. Sans doute parce que c'était plus facile... Et sans doute parce qu'ils n'étaient pas encore prêts à changer leur mode de vie, à bousculer leur rythme journalier et agréablement répétitif. Tous deux partageaient une certaine connivence, une certaine vision des choses qu'autrui ne pouvaient comprendre. Même si quelqu'un s'approchait et entendait leur conversation, une seule conclusion apparaitrait dans son esprit étriqué et stupide: "ils sont fous." Oui, reniant la vérité, dédaignant la sagesse, il ne comprendrait pas. Ce serait comme de crier en vain dans l'oreille d'un sourd, comme de montrer un éminent article de journal à un aveugle... Personne ne comprendrait. Personne ne verrait la vérité. Alexis et Caïn partageaient la même solitude, la solitude des Puissants. De ceux qui savent, qui jugent en connaissance de cause. Et c'était pour cela que chacun face à l'autre, semblait voir son égal. Malgré la complète subjectivité dont faisait preuve le Ténébreux, l'Immortel ne pouvait ne pas l'apprécier. Ils étaient semblables. Et si différents. Comme des frères peuvent l'être. Oui, c'était cela. Ils étaient des frères. Ayant chacun une vision différente, mais si extraordinairement complémentaires... C'était un duel philosophique et fratricide qui se livrait en ce lieu de repos éternel. Et, dans une espèce de mimétisme absurde et amusant, ils regardaient tous deux l'étendue de silhouettes sépulcrales, sinistre rappel du Calvaire de "notre Sauveur Jésus-Christ". Un sauveur pour l'humanité... Encore une idée risible de l'homme. Nul ne peut les sauver sinon eux-mêmes, mais, indolents, ils se laissent bercer par de douces histoires de sauveur universel et généreux. Ils pourraient se sauver eux-mêmes, mais ils ne font rien, apathiques sots qu'ils sont.

Soupirant de la stupidité humaine, Caïn laissa ses prunelles bleu-acier glissait vers le visage pâle de son interlocuteur. Il avait fermé les yeux, appréciant sans doute leur échange, les paroles échangés et peut être la fraîcheur de la nuit. Qui sait ? Malgré toute son expérience, l'homme aux mille noms n'était pas habilité à connaitre toutes les facettes du personnage qu'était Alexis Kane. Et il ne le désirait pas. Quel était l'intérêt de connaitre quelqu'un, de converser avec lui si l'on connaissait déjà tout de cette personne ? Aucune, en effet. Ce serait ridiculement burlesque. Ainsi, Caïn appréciait le peu qu'il savait d'Alexis et le peu qui transpirait de ses paroles... Il était un être Choisi, un être qui avait compris, qui savait. Qui avait percé des mystères insondables que l'homme moyen ne ferait jamais qu'effleurer. Ce que les gens prenaient pour des chimères étaient des vérités pour tous deux, car, aucune vérité en ce monde ne leur était inconnue. La Sagesse des Ténèbres comme l'appelait Alexis était, pour Caïn, la Sagesse Objective. Même si ces deux philosophies étaient semblables en biens des points, celle de l'Immortel, basé sur une connaissance objective et complète de tous les événements passés, présents et à venir -grâce à des spéculations basés sur l'Histoire- et des différentes et vastes causalités que les dits événements pourraient entrainer, était bien plus efficace et complexe à première vue que celle du Ténébreux. Mais il n'était pas encore temps pour lui de dévoiler celle-ci au grand jour, même Alexis Kane n'était pour l'instant pas prêt... La Sagesse Objective n'était pas quelque chose qu'on pouvait inculquer au premier venu et Alexis était de toute façon trop ancré dans sa propre doctrine pour pouvoir espérer comprendre la sienne.

"Leur ignorance ? Ils ne sont pas ignorants. Ils ne veulent pas voir la Vérité, c'est tout. Parfois, leur Justice est injuste, vaine, stupide, mais ils l'ont enrobée de tant de facondes fabulations qu'eux-mêmes s'y perdent. Il y a une différence entre connaitre et ne pas vouloir connaitre. Et c'est là toute l'ignominie du genre humain. Ceux qui savent sont appelés, par delà les générations, fous, extralucides, génies, ce sont la plupart du temps tous ses êtres charismatiques qui marquent l'histoire de leur empreinte. Bien que je ne partage pas ses idéaux, Adolf Hitler était l'un de cela. Il savait comment galvaniser les foules et mettre le peuple de son côté. Il l'a fait à un moment de grande crise où l'Allemagne le voyait comme l'équivalent d'un Messie. Oui, il promettait ce que le Chancelier de l'époque ne pouvait leur donner: de l'argent, du confort, du pain, du travail.. Les Allemands savaient que c'était un dirigeant fasciste, mais, pour avoir un tant soi peu de confort, ils ont ignorés la Vérité. Ils se sont laissés aveugler par leurs désirs. Ils étaient désespérés. Et nous savons tous deux ce qui s'est passé par la suite... Voilà comment l'homme agit, voilà pourquoi l'homme fait preuve de tant d'ignorance sans se soucier des conséquences dramatiques qu'il peut y avoir. Pour un tant soi peu de confort. Pour qu'il puisse avoir du travail, pour qu'il puisse nourrir sa famille. L'humanité ne comprend pas qu'il y a parfois des choses qui dépassent notre propre et si simple personne. Parfois, il faut agir pour le Plus Grand Bien. Mais ils ne le comprennent, égoïstes et hypocrites, tous rejetant leur propre bassesse... "

Alexis l'écouta tranquillement, les yeux fermés, jouissant lui aussi de l'échange qui se déroulait dans cette nuit. Deux êtres plus sombre que l'obscurité du ciel échangeaient et chacun savait que cette rencontre n'était pas dû au Hasard, si facétieux avatar de la Destinée. Enfin, il rouvrit les yeux et répondit à ses interrogations. Tout cela était intéressant... Ainsi, il préparait bien quelque chose et, apparemment, quelque chose d'envergure. Quelque chose qui allait donc bien avec son personnage. Il voulait faire comprendre quelque chose au Monde... Cela voulait-il dire qu'il allait révéler son existence au monde, ou plutôt, aux êtres possédant des pouvoirs et qu'il les entrainerai dans une terrible course-poursuite ou d'un terrible piège orchestré de main de maître ? Caïn ne possédait pas un Quotient Intellectuel digne d'un surdoué, mais, à force d'apprendre, son expérience s'était ajouté à son intelligence et à sa tête déjà remarquablement bien faite. Analyser les rouages d'un système, décrypter une langue morte, tout cela ne lui était plus impossible. Il arrivait ainsi à discerner le vrai du faux dans les paroles d'Alexis et l'essence même de la vérité qui apparaissait dans ses dires était sien. L'immortel se délectait de celle-ci avec un appétit toujours insatiable et contrairement à d'autres, il n'avait nullement besoin de posséder le don de télépathie pour savoir si on lui mentait. Et ce n'était pas le cas du Ténébreux. Celui-ci s'était accroupi et arracha quelques menues brins d'herbes ternes. Le Prince des Abysses les regardait attentivement, presque mélancolique, semblant voir l'arrogance humaine dans ces fins et frêles végétaux ligneux. Peut être y voyait-il la destruction de la Nature par l'Homme ? Un des plus grands massacres que l'homme avait commis.. Caïn fixa lui aussi un bref instant l'herbe qu'il foulait. Oui, l'homme était précisément cela: il était un être bruyant, s'ennuyant sans cesse, un être violent qui foulait de ses pieds tout ce qui était important et qu'il oubliait.

"Je suis de toutes les représentations un tant soi peu intéressantes, Alexis Kane. Qu'on le veuille ou non, je suis là, mais nul ne sait quel est le rôle de mon personnage ou même de ma personne. Suis-je le metteur en scène ? Son assistant ? Le souffleur ? L'ingénieur en charge de la lumière ? Celui qui gère les décors ? Suis-je Arlequin ? Brighella ? Scaramouche ? Mascarille ? Faust ? Méphistophélès ? Je suis tout cela et rien. Vous me verrez assurément. Je serais votre plus proche ami et votre plus déloyal adversaire. Je serais votre confident et votre ennemi séculaire. Cela sera fort distrayant, c'est sûr. Voyez en moi un éternel insoumis, ne pactisant avec personne, ne se rangeant que de l'unique côté qu'il connait le mieux: le sien ! Je vous promets que, de mon côté, je m'efforcerais également de faire comprendre à la vile populace comment se sublimer et comment connaitre la Vérité. Nous sommes tous deux à la fois Partenaire et Adversaire. J'espère que vous serez habilement jouer de cette insignifiante difficulté. "

Oui, durant son dernier discours, il avait réussi à trouver la bonne Question. Que ferait quelqu'un s'il voulait faire bouger des pions ? Ils devraient les attirer. Avec quoi ? Avec quelque chose qu'ils aiment, ou qu'ils savent trop précieux pour tomber entre les mains du Prince... Et dans son esprit, tout de suite, s'était esquissé les lettres d'un nom. Un nom que la plupart connaissait. Celle d'une personne possédant un don rare que Sylar avait plusieurs fois convoité. Claire Bennett. Et du fait de ce désir si fort de posséder son pouvoir, tous s'étaient finalement ligués pour la protéger. Ainsi, son nom était devenu connu. Caïn la connaissait déjà, car il connaissait toutes les personnes possédant le même don originel que le sien. Pourquoi ? Peut être parce que c'était sans doute les seuls personnes avec qui ils partageraient son existence... Ou peut être tout simplement par une espèce de voyeurisme vicieux et tordu ? Lui même ne le savait pas. L'Immortel sourit à Alexis et lui tendit son numéro de téléphone sur un papier. Et un portable, au cas où il n'en aurait tout simplement pas. Ce serait fâcheux qu'il veuille l'appeler et qu'il ne puisse pas, après tout. Il le gratifia ensuite d'un sourire énigmatique et partit lentement en direction de l'entrée du Cimetière, ses pas écrasant les végétaux herbeux dans un bruit régulier et étrange dans la clarté lunaire...

Le Jeu avait commencé.
Un sourire naquit sur le faciès blanc.
Il aurait au moins un adversaire intéressant pendant cette joute...

Un rayon de Lune fit miroiter le portail qui pivota dans un grincement sinistre avant qu'un homme à la peau immaculé et à l'habit qui se confondait avec la nuit le franchisse.

Il restait tant de personnes à raisonner et si peu de temps pour le faire..


[Voilà je quitte le sujet avec ce message, mon personnage ayant appris ce qu'il voulait. J'ai bien aimé RP avec toi de nouveau. Libre à toi de poster à ma suite =) ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: In My Darkest Hour (PV Caïn)   

Revenir en haut Aller en bas
 
In My Darkest Hour (PV Caïn)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [AAR Darkest Hour mod33] German Austria, you wonderful country
» Soviet Power ! [AAR - Darkest Hour - The Great Campaign]
» [AAR/récit Darkest Hour] Pour un Reich Millénaire
» The Darkest Hour [RPG Fantastique]
» DARKEST HOUR - 06/02 17H

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
:::Heroes::: :: New York :: Les Alentours-
Sauter vers: